Tumeur au cerveau : record en Inde

1,87 kg sur la balance

Des neurochir’ indiens ont retiré une tumeur de 1,87 kg de la tête d’un patient. C’est de la bonne tumeur, déjà. Ça serait même un record du monde.

Ok, on vous l’accorde, les informations qui vont suivre manquent un peu de précision médicale. Faute de publication du cas, les seules que nous avons pu récolter reposent sur les déclarations à la presse des médecins du BYL Nair Hospital de Bombay. Mais pour un vendredi soir, ça détend.

Un patient, Pal, a été opéré le 14 février dernier d’une tumeur sur le crâne de 1,873 kg – pour être précis. Les dimensions sont, elles aussi, impressionnantes : 30x30x20. Et en centimètres, s’il vous plaît. Ce pourrait bien être, d’après les chirurgiens locaux, un record.

Une tête sur une tête

Deux cas (encore en Inde) sont comparables, mais ont été dépassés cette fois-ci. Une tumeur avait été retirée du cerveau d’une femme en 2002, à Bombay. Elle pesait 1,4 kg. Une autre, aux dimensions elles aussi respectables (16x10x8), avait été opérée en 2008 à New Dehli.

Mais cette fois, elle était tellement massive qu’elle ressemblait à « une tête posée sur une autre tête », a finement analysé le Dr Trimurti Nadkarni, chef du service de neurochirurgie, qui a supervisé l’opération. « Nous avons du couper l’os. La taille de la tumeur, à elle seule, a constitué un véritable défi, et nous avons dû assurer la constance de la pression artérielle pendant l’opération ». Le patient a eu besoin de 11 poches de sang pendant les 7 heures qu’a duré l’intervention.

Pour l’instant, les résultats de la biopsie n’ont pas été divulgués.


Crédit : BYL Nair Hospital


Neuf mois pour grandir

La tumeur serait apparue il y a environ trois ans, et les premiers signes visibles se seraient déclarés il y a à peine neuf mois, par une petite bosse sur l’arrière de la tête. « En un mois à peine, elle avait grandi de plus d’un pouce (2,5 cm, ndlr) », a déclaré le frère du patient.

Ce n’était pas une première pour Pal. Il avait déjà été opéré d’une tumeur bénigne à la jambe. Mais suspectant que cette nouvelle puisse être maligne, il a tout de même été placé sous chimiothérapie (là non plus, pas plus de détails). Sans résultat.

Une fois bien en chair, la tumeur s’est installée : l’angio et l’IRM pratiquées à son admission ont montré qu’un réseau sanguin avait poussé à l’intérieur, l’irriguant à souhait. Elle a ainsi pu pousser à la fois sous le cuir chevelu et sous l'os pariétal. Avec des douleurs et des troubles de la vision à la clé. Pal était complètement aveugle au moment de sa prise en charge.

Le patient récupère, un peu plus d’une semaine après l’intervention. Si sa vue n’est pas complètement revenue, ses médecins se montrent confiants.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Une solution indienne innovante pour que les patients ne perdent plus leur temps à se faire soigner
Les bons conseils de l’association internationale de chirurgie esthétique

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.