Santé mentale : Pour sortir du gouffre financier, il faut investir

Selon l’OCDE, la santé mentale représente un coût économique trop important pour ses pays membres. Une dépense qu’elle appelle à réduire en investissant massivement dans la qualité des soins.

L’addition risque de devenir salée. Alors que les coûts sociaux et économiques de troubles psychiques sont en augmentation, l’OCDE somme les gouvernements d’agir dans un rapport publié ce 8 juin. « Les pays doivent fournir un soutien adéquat aux personnes touchées tout en augmentant d’urgence les investissements et la qualité des soins pour réduire les coûts sociaux et économiques élevés associés aux problèmes psychiques », notent-ils dans un communiqué

Pour les membres de l’OCDE, il n’y pas de doute : le parent pauvre de la médecine a les poches vides dans trop de ses pays membres. « Les services psychiatriques ont longtemps été négligés et sous-financés, et les besoins de soins non satisfaits restent élevés dans les pays de l’OCDE », indique l'organisation internationale. Une faille opérationnelle encore plus béante à l’heure où la Covid a amplifié les besoins de la population. « La pandémie de Covid-19 a entraîné une forte augmentation des problèmes de santé mentale, en particulier chez les jeunes, les chômeurs et les personnes en situation de précarité financière », rappelle sobrement l’institution.

Si les investissements semblent insuffisants, la facture, elle, est pourtant très importante. Selon l’OCDE, le coût économique des troubles psychiques se chiffrerait à 4,2 % du PIB dans les pays de l’OCDE. Une somme importante qui pourrait être réduite, « du moins en partie ». « La disponibilité de services de santé mentale accessibles et de haute qualité s'améliore, mais 67% des personnes qui voulaient des soins de santé mentale ont déclaré avoir des difficultés à les obtenir », dénonce ainsi l’OCDE, tout en soulignant que si « le niveau des dépenses de santé mentale a augmenté dans les pays de l'OCDE au cours de la dernière décennie, la part des dépenses totales de santé consacrée à la santé mentale n'a pas augmenté et a même diminué dans certains pays ».

Un véritable non-sens pour l’organisation qui assure que « l’amélioration des soins de santé mentale est la clé de la reprise après la pandémie de COVID-19 ».

 

Source: 
Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

L’Assurance Maladie voit rouge. Après avoir déposé plainte contre douze centres de santé en ophtalmologie cet été, elle vient d’allonger la liste de...

Au CHU de Guadeloupe, nombreux sont les soignants non-vaccinés qui continuent à travailler. La faute à une tension hospitalière importante et à un...

Presse auscultée. Agnès Buzyn a été mise en examen pour sa gestion de la crise sanitaire. Une première en France. Mais qu’en est-il pour les...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.