Pleurnicherie permanente hospitalière : Yves Calvi révulse les hospitaliers

Le célèbre présentateur et journaliste Yves Calvi a qualifié les revendications hospitalière de pleurnicherie permanente hospitalière. Plutôt que de pleurnicher, les hospitaliers lui ont répondu sur le ton de la colère et de l'humour. 

Dans son émission L’info du Vrai, le présentateur et journaliste Yves Calvi a ainsi qualifié les revendications des hospitaliers actuellement confrontés à la pire crise sanitaire depuis 1945 : « la pleurnicherie permanente hospitalière. » Ces propos ont suscité de l’exaspération justifiée sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter les réactions des hospitaliers ne se sont pas fait attendre, qualifiant Yves Calvi de « malotru » (dans le meilleur des cas) et sa réflexion « de la pire saloperie à l’égard des soignants ».

D’autres hospitaliers appelaient au boycott de son émission.

La médecin et militante Sabrina Ali Ben Ali faisait pour sa part ce commentaire sur Facebook : « Le mec gagne 100.000€/mois pendant que les para- méd qui triment au taf pour panser, soulager, accompagner la vie, la mort dans des conditions pourries n’en gagnent pas 2000. »

L’indignation étaut aussi présente du côté des syndicats de praticiens hospitaliers. Dans un communiqué cinglant, le SNPHARE dit avoir pris connaissance « de cette incise désobligeante et peu glorieuse vis à vis de l’hôpital. Nous tenons à exprimer notre colère vis-à-vis de tels propos si peu empathiques, vis-à-vis du personnel hospitalier. » Et d’ajouter : « l’hôpital ne pleurniche pas. Tout comme les soignants il assume et répond présent. » À l’intention d’Yves Calvi, le SNPHARE propose de « venir travailler dans une unité « COVID + » à la place d’une infirmière ou d’une aide-soignante (avec la rémunération en rapport), celles-ci présentant le soir l’émission à sa place. Au vu de la gravité de la situation clinique des patients, de l’intensification du travail, de la précarité des moyens logistiques et de protection présents, nous pourrons apprécier le stoïcisme, la force d’âme et au final l’empathie du présentateur ».

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

MG France fait monter les enchères
Agnès Buzyn renouvelle son équipe
Rencontre avec Brian Feinman, directeur du marketing chez Jean-Claude Biguine

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.