Participation en chute libre aux élections professionnelles à l’hôpital... Les syndicats boudés ?

Article Article

La participation aux élections professionnelles dans la fonction publique hospitalière a reculé de six points pour atteindre 38% en 2022, selon des données provisoires du ministère de la Santé consultées avant-hier par l'AFP.

Participation en chute libre aux élections professionnelles à l’hôpital... Les syndicats boudés ?

© IStock 

Cinq jours après la clôture du scrutin (1er-8 décembre) qui visait à renouveler les instances de dialogue social de 5,7 millions d'agents publics, la CGT conserverait sa première place avec 30,4% des voix (-1 point par rapport aux dernières élections en 2018), toujours devant FO avec 26,7% (+2 points) et la CFDT avec 23,7% (-0,4 point).

Suivraient Sud avec 7,6% (-0,8 point) des suffrages et l'Unsa avec 6,3% (+0,7 point), les autres organisations ne dépassant pas la barre des 5%.

Les résultats officiels sont attendus vendredi 16 décembre.

En 2018, le taux de participation avait atteint 44,2% dans l'hospitalière, qui emploie 1,2 million d'agents.

Les élections semblent avoir davantage profité aux syndicats signataires en 2020 du Ségur de la Santé 

Sa baisse brutale quatre ans plus tard confirme les tendances déjà observées ces derniers jours dans la fonction publique d'Etat (2,5 millions d'agents) et territoriale (près de 2 millions), où la participation a aussi reculé d'environ six points en quatre ans, selon des résultats là aussi provisoires.

Au sein de l'hospitalière, les élections semblent avoir davantage profité aux syndicats signataires en 2020 du Ségur de la Santé (FO, CFDT et Unsa), qui s'est traduit par de fortes hausses de salaire.

"En maintenant sa place dans la fonction publique hospitalière, la CFDT Santé-Sociaux est confortée dans son projet de syndicalisme de transformation sociale", s'est d'ailleurs réjouie l'organisation dans un communiqué publié avant-hier.

Non signataire du Ségur, la CGT Santé et Action sociale s'était félicitée dès vendredi 16 décembre, d'avoir a priori gardé sa première place. "Les salariés reconnaissent toujours notre organisation syndicale comme la plus apte à défendre leurs revendications, leurs métiers, leurs droits et leurs intérêts", avait commenté la centrale de Montreuil.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers