Paris : les visites seront plus relax pour les libéraux

Anne Hidalgo s’engage en faveur d’une meilleure santé de proximité pour tous les Parisiens. La Maire de Paris a présenté mardi un nouveau dispositif des stationnements qui va faciliter la mobilité de professionnels de santé libéraux et en particulier les visites à domicile. Mais il leur faudra attendre le 1er janvier 2018... 

Tout roule pour les médecins libéraux parisiens ! Dans un communiqué publié ce mercredi, la CSMF (1) se félicite de deux avancées obtenues ces derniers jours.

La Ville de Paris a en effet annoncé mardi la gratuité du stationnement lors des consultations à domicile. Plus exactement, la municipalité parisienne mettra en place, à partir du 1er janvier 2018, une carte « PRO Soins à domicile ».

Renouvelable annuellement 

Le précieux sésame prendra la forme d’une carte de stationnement renouvelable annuellement. Elle permettra un stationnement gratuit lors des visites. Cela aussi bien sur le domaine public de voirie que sur l’intégralité des places de stationnement payantes de la capitale.

Les médecins libéraux en seront bénéficiaires mais aussi les infirmiers, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes et orthophonistes exerçant dans la Ville Lumière, immatriculés à Paris ou en petite couronne, et qui interviennent au moins 100 fois par an au domicile des patients.

La CSMF exhorte les autres communes 

Mais Anne Hidalgo a réservé un deuxième cadeau aux libéraux, adressé cette fois-ci aux professionnels de santé n’effectuant pas de visites à domicile. Lorsqu'ils ont la nécessité de se déplacer en voiture pour leur usage professionnel, ces derniers auront le droit à un tarif proche du tarif résidentiel. Le Conseil de Paris a en effet décidé de leur accorder ce tarif réduit, en dehors des visites à domicile, « en raison de l’importance des missions quotidiennes qu’ils effectuent au service de la population », écrit-il. Nom de code de ce deuxième macaron santé : « PRO Sédentaire ».

« Avec ce nouveau dispositif, Paris (..) tient (...) à soutenir tous les professionnels de santé qui s’engagent pour que chacun et chacune puisse se faire soigner, en particulier dans les zones les plus défavorisées de la capitale », conclut Bernard Jomier, adjoint à la Maire de Paris en charge de la santé, du handicap et des relations avec l’AP-HP. Loin de s’en contenter, la CSMF appelle maintenant les autres communes à suivre cet exemple. 

(1) Confédération des Syndicats Médicaux Français.  

Portrait de Bruno Martrette-Gomez

Vous aimerez aussi

Euthanasie.

"L'euthanasie est un soin comme un autre, à la différence que c'est un soin final" : Marc Decroly a accompagné plus d'une centaine de patients jusqu'...

Une femme médecin de l'unité médico-judiciaire d'Angers a été retenue en otage mardi pendant plus d'une heure par un détenu de la maison d'arrêt de...

Le tribunal correctionnel de Fontainebleau a condamné lundi une ex-directrice d'Ehpad à un an de prison avec sursis pour avoir travaillé dans une...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.