Manifestation historique contre le projet de loi santé

Crédit photo : Cécile Lienhard

Ils espéraient être 20 000 à battre le pavé parisien pour protester contre le projet de loi santé ce dimanche. Les organisateurs de la manifestation ont annoncé une participation de 40 000 personnes tandis que la police, plus modeste, en a dénombré 19 000 . Mais quoiqu’il en soit, la place Denfert-Rochereau du 14ème arrondissement de la capitale n’avait jamais vu autant de blouses blanches. Généralistes, praticien hospitalier, internes, libéraux, dentistes…tous étaient au rendez-vous pour se mobiliser contre le texte de loi dont l’examen en commission débutera mardi. Dans le cortège, des blouses, des masques de chirurgiens, des médecins enchaînés et des pancartes aux slogans chocs : « Marisol m’a tuer », « Grande braderie ! Mari-solde notre santé », «Pour nous médecins le bagne, pour Marisol tout baigne ».

Manque de concertation
Si les revendications différent beaucoup d’une spécialité à l’autre, à l’exception du tiers payant généralisé, tous s’entendent sur un point : le manque de concertation entre le gouvernement et les professionnels de santé. « Nous sommes consternées de la façon dont la loi a été proposée sans aucune concertation avec nos représentants avant », déplore Véronique, gynécologue-obstétricienne à Lyon.  « C’est vrai qu’il y a un chantier à mettre en œuvre, mais il aurait fallu en discuter en préalable avec nous plutôt que de nous imposer une loi qui ne va en aucun cas régler la situation », renchérit Stéphanie, médecin généraliste à Lyon.

Une délégation de médecins reçue au ministère
L’amplification du pouvoir décisionnel des ARS et l'enrichissement des mutuelles sont également au cœur des inquiétudes. « Nous redoutons un désengagement progressif de la Sécurité sociale et de la prise de pouvoir des mutuelles. Je suis très inquiet pour l’avenir de la santé, en tant que médecin, mais aussi en tant que futur patient. Cette volonté d’américaniser notre système santé qui, est un pilier de la république française, est très grave», se révolte Didier, médecin généraliste en Saône et Loire et membre du collectif Médecins Sans Télétransmission (MST 71).

Après un sitting à Montparnasse où les manifestants ont scandé « Marisol Touraine, démission !», le cortège a repris la route en direction du ministère. Une délégation de médecins y a été reçue  par la ministre qui a affirmé « sa volonté de dialoguer ». Mais Jean-Paul Ortiz, président de la, CMSF s’estime déçu de cette rencontre : « malgré la mobilisation historique d'aujourd'hui, la ministre n'a pas bougé du tout », a-t-il expliqué à l'AFP.

 

Source: 

Léa Drouelle

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La commission de la transparence recrute
Par Thierry Beaudet, Président de la Mutualité Francaise

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.