Les propos jugés racistes du Pr Mira sur des tests contre le Covid19 en Afrique provoque un tollé

« Si je peux être provocateur est-ce que je pourrais faire cette étude en Afrique où il n’y a pas de masque, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs pour certaines étude dans le sida, ou chez les prostituées » Ce à quoi le professeur Locht de l'Inserm lui répond ce 2 avril sur LCI : "Vous avez raison et nous sommes en train de réfléchir en parallèle à une étude en Afrique justement pour faire ce même type d’approche avec le BCG à placebo."

En termes de provocation, la sortie du professeur Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’hôpital Cochin (AP-HP), est réussie. À tel point qu’elle a provoqué sur les réseaux sociaux une vague d’indignation sans commune mesure. Pour le sénateur PS et porte-parole Rachid Temal, « en 2020 en France, on disserte tranquillement sur LCI d’utiliser des Africains comme des « rats de labos » sont associés au #sida et #prostitution ! A vomir."

Pour le sénateur Vincent Ledoux, « science et conscience sont liés. Considérer l’#Afrique comme un labo in vivo rompt ce lien, insulte les #Africains et tous les #humanistes ! La guerre au #COVID2019 ne justifie pas tout ! »

Dominique Sopo, président de SOS Racisme, commente : « Sur @LCI, 2 médecins devisent de faire des Africains des cobayes à des études sur le #COVID19. Le prétexte: "là-bas", il n'y a ni masque, ni traitement. Comme en Europe? »

L’association de lutte contre le racisme a décidé de saisir le CSA. Le club des avocats du Maroc a décidé de porter plainte pour diffamation raciale auprès du procureur de la République.

Face au scandale, l’Inserm a dû se fendre d’un communiqué, en annonçant une mauvaise interprétation des propos du professeur Locht qui répondait au professeur Mira. « Une vidéo tronquée, tirée d’une interview sur LCI d’un de nos chercheurs à propos des études sur l’utilisation potentielle du vaccin BCG contre le Covid-19 fait actuellement l’objet d’interprétations erronées."

Des militants anti-raciste faisaient remarquer à l’Inserm que l'institut répondait à côté de la plaque. Comme la réalisatrice Amandine Gay :

L’AP-HP (ou plutôt son directoire), qui emploie le professeur Jean-Paul Mira, a en revanche fait part de sa vive désapprobation : « Le directoire de l’AP-HP, a été choqué par les propos tenus par le Pr Jean-Paul Mira sur LCI le 2 avril 2020, propos qui ne lui ressemblent pas. » Le professeur Mira a par ailleurs présenté ses excuses : « Je veux présenter toutes mes excuses, demander à celles et à ceux qui ont été heurtés, choqués, qui se sont sentis insultés par des propos que j’ai maladroitement prononcés sur LCI cette semaine, leur présenter mes excuses les plus sincères, parce que ces propos ne reflètent en rien ce que je suis, ce que je fais au quotidien, depuis maintenant 30 ans ».   Quoi qu’il en soit, des pétitions ciculent, commme ici, pour demander la radiation immédiate de Jean-Paul Mira de l’ordre des médecins.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

La ministre de la Santé s’est officiellement opposée à une centaine de députés LREM qui souhaitent faire plier la loi Evin pour réintroduire l’alcool...
Des internes dénoncent sur les réseaux sociaux des professeurs et maitres de conférences anti-IVG. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.