Les dérives commerciales de plateformes de téléconsultation suscitent l'indignation des médecins

MG France et d'autres syndicalistes et médecins dénoncent les dérives commerciales de certaines plateformes de téléconsultation. 

Le syndicat de médecins généraliste MG France en a déjà assez, de la téléconsultation, dans sa forme actuelle. Plus exactement, MG France est agacé par les détournements mercantilistes de la téléconsultation par des sociétés peu scrupuleuses du parcours de soins. « Certaines entreprises qui voudraient faire de la médecine un commerce se servent abusivement des dispositions dérogatoires prévues par l’avenant 6 pour contourner les règles conventionnelles, faisant courir au patient le risque de se voir refuser le remboursement des soins », se désole le syndicat de médecins généralistes. Car l’article 6 de la convention stipule bel et bien que la téléconsultation, à l’instar de la consultation, doit s’inscrire dans le parcours de soins.

MG France veut une évaluation

Contacté par Wud, le Dr Jean-Louis Benssoussan de MG France, abonde : « La téléconsultation n’est en théorie pas possible en l’absence de médecin traitant. Mais certaines sociétés contournent le parcours de soins en s’appuyant sur une dérogation de l’article 6, qui rend possible la téléconsultation sans médecin traitant, en cas d’urgence. C’est une pratique abusive, qui remonte de plus en plus souvent du terrain, de nos adhérents ». Sans nommer les sociétés commerciales responsables de tels abus, le Dr Benssousssan souhaite mettre un terme à ces pratiques : « Nous pouvons fort bien demander une évolution de la convention médicale, pour faire en sorte que ce genre d’abus cesse. » Il est en effet prévu de tirer un bilan de la mise en place de la téléconsultation, et l’assurance maladie devra présenter des données chiffrées aux partenaires conventionnels. La Convention stipule en effet qu’«en fonction des résultats observés, les partenaires conventionnels se réservent la possibilité de redéfinir, à partir de 2020, le périmètre, les modalités de réalisation et de tarification des actes de téléconsultation et de téléexpertise ». Sur les réseaux sociaux, la polémique a pris un autre tour, les syndicats signataires de la Convention étant mis en accusation par ceux qui se sont abstenus.

MG France et l’Ordre des médecins ont pour leur part accusé les détracteurs de la convention d’attiser les peurs et de caricaturer :

Pour le Dr Jean-Jacques Fraslin en revanche, très actif sur les réseaux sociaux, le ver était dans le fruit,

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

La télémédecine prend du galon à Lyon
La télémédecine progresse chez les Helvètes
La télésurveillance des maladies chroniques en débat

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.