Le président du conseil de l'Ordre de la Réunion accusé de violences conjugales par son ex-conjointe

Article Article

La Dr Lise François relate des faits supposés de violences conjugales de la part de son ex-conjoint, Benjamin Dusang, président du Conseil de l'Ordre des médecins de La Réunion. Elle dénonce aussi des représailles, dans un contexte d'élections au Conseil. La profession demande l'ouverture d'une enquête. 

Le président du conseil de l'Ordre de la Réunion accusé de violences conjugales par son ex-conjointe

© DR

Tout a commencé par un signalement de la Dr Lise François auprès de l’observatoire réunionnais des violences faites aux femmes à l’encontre de son ex-conjoint, a révélé Outre mer La Première. Le Dr Benjamin Dusang, président du CDOM de La Réunion, assurait alors une formation contre les violences intrafamiliales.

Elle l'avait quitté il y a 10 ans pour ces mêmes faits, dit-elle. En réponse, à ses dénonciations, elle explique avoir fait l’objet de plusieurs plaintes, dont une citation au pénal et une plainte au disciplinaire auprès du CNOM. Lise François raconte que dans le compte-rendu de la séance de conciliation, l’argumentaire de son avocat a été effacé.

"L’objectif est de me terroriser pour que je me taise et pour que je n’écorne pas son image de médecin défendant la cause des femmes", dit-elle à Outre mer La Première.

La médecin généraliste estime que son ex-conjoint "s’acharne" contre elle "pour l’empêcher de s’exprimer", elle qui souhaite se présenter au poste de conseiller au sein du CDOM. 

« Des accusations immondes » dans un contexte d'élections

Contacté par la chaîne d'information, Benjamin Dusang a déclaré qu'il était "terriblement affecté par ces accusations immondes" et qu'il ne pouvait "pas commenter plus" tant il était "sidéré par l’effroi."

Le fait que cette affaire soit révélée peu de temps avant les élections au Conseil de l’Ordre, est "un hasard" du calendrier, selon la Dr Christine Kowalczyk, présidente du syndicat de médecins libéraux URML OI. "Médecin ou pas", elle demande que le procureur mette de toutes façons en place une enquête, et attend également une réaction de la part de l’ARS. 

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/le-medecin-doit-il-signaler-des-violences-conjugales-sans-laccord-de-la-victime

"Est-ce que la profession peut toujours être représentée par des personnes qui auront une enquête en cours là-dessus, moi je me pose la question", a-t-elle ajouté auprès de la chaîne d'information. 

Source:

Outre-mer La Première 

Les gros dossiers

+ De gros dossiers