Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus élu DG de l'OMS

Malgré quelques casseroles

Hier, les États Membres de l’Organisation Mondiale de la Santé ont élu le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus au poste de Directeur général. Il commencera son mandat de 5 ans le 1er juillet 2017. Avec quelques casseroles. 

Margaret Chan, Directeur général de l’OMS depuis le 1er janvier 2007, a enfin un successeur ! La soixante-dixième Assemblée mondiale de la Santé a élu mardi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus à ce poste prestigieux.

Les États Membres de l’OMS ont donc flashé sur la candidature de cet Ethiopien proposée au préalable par le Gouvernement de son pays. L’homme de 52 ans, premier Africain à occuper ce rang, commencera son mandat de 5 ans en juillet.

Un spécialiste du paludisme

Côté médical, il est considéré comme un expert du paludisme, titulaire d’un Master en Immunologie et Maladies Infectieuses (University of London, UK, 1992), et d’un Doctorat en Santé Communautaire (University of Nottingham, UK, 2000).

Grâce à ce CV qu'on pourrait continuer, il a été Président de tout un tas de choses : du Conseil du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, du Partenariat Faire reculer le paludisme (1) ou encore, du Conseil du Partenariat pour la Santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant. Bref, ça fait beaucoup pour une seule personne !

Un politique expérimenté…

Surtout que l’homme est également un politique expérimenté. Avant son élection, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a été Ministre de la Santé (2005-2012) éthiopien puis Ministre des Affaires Etrangères (2012-2016). A l'avenue Duquesne d'Addis-Abeba, on se souvient de lui comme celui qui a mené la réforme complète du système de santé de son pays développant des infrastructures. Résultat, la création de 3 500 centres de santé et de 16 000 postes de santé.

Dans un communiqué, l’OMS le gratifie aussi d’avoir augmenté les effectifs des personnels soignants avec 38 000 agents de vulgarisation sanitaire ; et d’avoir initié des mécanismes de développement pour étendre la couverture de l’Assurance Maladie locale. Là encore, ses succès rendraient jaloux n’importe lequel des ministres de la Santé français. A moins qu’il n’y ait quelques zones d’ombres au tableau...

… mais avec des casseroles

Le quotidien La Tribune nous informe en effet que le hasthag #NoTedros4WHO a été lancé sur Twitter. L'Ethiopien est ainsi accusé d'avoir fait preuve de négligence alors qu'il était ministre de la santé pendant une épidémie de choléra. Celle-ci a entrainé la mort de plusieurs centaines d'Africains. Un conseiller de son rival britannique David Nabarro l'a même accusé, dans un entretien au New York Times, d'avoir dissimulé trois épidémies de cette infection !

Pire, des militants des Droits de l'homme ont renchéri, lui reprochant d'avoir été jusqu'à faire pression sur les professionnels de santé pour qu'ils ne déclarent pas non plus les cas, alors que leurs confrères des pays voisins le faisaient. Malgré ces casseroles, il a été préféré à notre ancien Ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, éliminé dès le début de la compétition. 

------------------------------------------------------------------

Son programme en quelques mots : pendant la campagne pour ce poste, l'Ethiopien a indiqué vouloir travailler activement sur « les nouvelles menaces sanitaires engendrées par la mondialisation, le réchauffement climatique et le mode de vie sédentaire ». Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a une priorité très ambitieuse :  « Garantir une couverture santé universelle ».

(1) Dans ces 2 organisations, le natif d'Asmara en Érythrée a obtenu des financements records, et a créé le Plan d’action mondial contre le paludisme. Cette stratégie a étendu la couverture de l’initiative au-delà de l’Afrique pour en faire bénéficier aussi l’Asie et l’Amérique latine. 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.