La vidéo d'une infirmière frappée par un policier pendant la manifestation retraites fait le buz

Lors de la manifestation du 9 janvier, une infirmière a été frappée de 13 coups de poing au visage par un membre des forces de l'ordre. 

Au lendemain de la mobilisation contre la réforme des retraites, le bilan dans la fonction publique hospitalière est mitigée. Les praticiens hospitaliers réunis dans le Collectif inter hôpitaux, avait décidé de ne pas participer à cette mobilisation, pour ne pas brouiller le message. «Ce qui nous importe, c’est le sort de l’hôpital. Nous n’avons pas de légitimité sur un autre sujet. Il s’agit pour nous d’éviter que nos revendications soient noyées dans d’autres problématiques», avait confié le professeur André Grimaldi à Libération. Les autres collectifs, notamment l’Inter-urgences, avait appelé à participer à la manif du 9 janvier aux cotés des confédérations. La mobilisation dans la fonction publique hospitalière était en baisse par rapport à la dernière mobilisation du 17 décembre dernier. Le taux de grévistes s’établissait à 5,8%, soit deux fois moins que le 17 décembre. La manifestation du 9 janvier a été marquée par des violences, notamment policières. Une vidéo, semblant décrire une infirmière de SUD SANTE se faire frapper au visage de 13 coups de poings par un policiers, a suscité l’indignation.

Sur cette vidéo, l’on voit aussi un homme tenter de s’interposer et recevoir des coups au visage. Le Dr Gérald Kierzek, prudent quant à l’identité de la personne qui se fait molester, condamne tout de même ce déchainement de violence de la part d’un membre des forces de l’ordre.

Mais pour le syndicaliste et cheminot Anasse Kazib, cela ne fait pas l’ombre d’un doute : l’infirmière frappée au visage est bel et bien une infirmière; adhérente à Sud Santé sociaux. Anasse Kazib

Contacté par Wud, Sud santé sociaux n'a pas donné suite à notre demande d'entretien.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Il avait pris la fâcheuse habitude de palper les seins ou les testicules de manière systématiques, lors de visites médicales, de policiers et...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.