La vaccination des leaders d’opinion de la santé, un levier efficace pour lutter contre la défiance vaccinale française

Pour favoriser l’adhésion à la campagne, les stars du monde de la santé se font vacciner à tour de bras. Une action de communication qui aurait permis de faire pencher la balance en la faveur de la décision vaccinale chez de nombreux français.
 

Axel Khan, René Frydman, Michel Cymes ou encore Marina Carrère d’Encausse… Pour lutter contre la défiance vaccinale, tous ces soignants vedettes âgés de plus de 50 ans ont mis la main à la patte… ou plutôt le bras ! Début janvier, ils se faisaient vacciner sous l’œil vif des caméras au Centre hospitalier d’Aulnay-sous-Bois. « L’idée est de dire : tous ces gens qui sont ici l’ont fait et je n’ai pas de branchies qui ont poussé depuis que je me suis fait vacciner », détaillait l’animateur des Pouvoirs extraordinaires du corps humain (France 2) au micro d’Europe 1. Un message qui semble être passé à en croire l’évolution de la courbe d’intention vaccinale française. « Les leaders d’opinion médicaux ont joué un rôle majeur », atteste Jocelyn Raude, enseignant-chercheur en psychologie sociale à l’École des Hautes Études en Santé Publique.
 
Selon les données partagées le 18 janvier par l’IFOP, 54 % des Français auraient l’intention de se faire administrer le vaccin – soit trois points de plus que la semaine précédant la vaccination des volontaires. « Et il y a surtout eu une hausse de 15 points par rapport à décembre », souligne le spécialiste. Une évolution permise notamment par la mobilisation de ces acteurs-stars de la santé. « Ils ont eu un rôle moteur majeur », souligne l’expert. Et pour cause : cette opération s’est également associée à une combinaison de facteurs favorisant un « changement de cadrage ». « D’une part, le débat sur les effets secondaires s’éternisait alors que les puissances étrangères vaccinaient massivement sans en observer de manière conséquente, détaille Jocelyn Raude. D’autre part, l’épidémie reprenait en vigueur. Tout cela a provoqué le sentiment que ce débat n’avait plus lieu d’être ».  
 
Autre bon point à donner à ces professionnels de santé-stars : leur capacité à rendre crédibles les initiatives entreprises par les leaders d’opinion du domaine culturel. Sportifs de haut niveau, comédiens, chanteurs… Nombreuses sont les personnalités françaises qui se sont engagées à se faire vacciner « dès que cela sera possible ». Aussi louable qu’elle soit, cette initiative manquait pour autant de fiabilité aux yeux de la population générale. « Ils n’étaient pas perçus comme compétents par le public. L’action des leaders d’opinions médicaux a rendu leur initiative visible », indique le sociologue.

Un changement de paradigme donc qui s’est opéré principalement dans le camp des hésitants. « Cette population est d’accord pour être vaccinée, mais est attentive aux signaux d’alerte », détaille Jocelyn Raude. Selon ce dernier, 60 à 80 % de la population pourrait être concernée par cette définition. Un ratio important qui souligne que ce travail d'influence n'en est encore qu'à ses balbutiements. 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Une administration trop importante, des missions hors-sols… Après concertation, la Fédération des Médecins de France a annoncé avoir refusé de signer...
A partir de ce jeudi 28 janvier à 18h, les habitants des villes de Pamandzi, de Dzaoudzi-Labattoir et de Bouéni devront de nouveau se confiner. Une...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.