La fac de médecine est-elle déconnectée de la réalité (entrepreneuriale) ?

Le Dr Jean-Paul Ortiz nous donne sa version des faits

Ah les petites joies du libéral ! Ah l’URSSAF et ses déclarations ! Souvenons-nous du jour où nous avons rempli le formulaire "CFE" de création d’entreprise. Qui n’a pas eu ce sursaut ou cette gêne à s’approprier ce (gros) mot : EN-TRE-PRISE. Quoi, moi petit remplaçant, je suis en train de créer une entreprise ???

Quand je serai grand, je serai docteur

Le pompon, c’est qu’une fois les formalités remplies, notre soi-disant entreprise se retrouve sur le site societe.com. Ou chaque individu curieux de notre personne (= qui nous googlise) nous range dans la catégore "dirigeant" de la société qui porte notre nom. Effrayant ! Si cette expérience ne peut se généraliser, la question suivante peut tout de même se poser : sommes-nous des Bisounours du monde de l’entreprise ? Sans ambages, le Dr Jean-Paul Ortiz, président du CSMF, répond « oui ». Selon lui, c'est notre formation qui en serait responsable.

On nous avait menti ??

Très axées « recherche » et « enseignement », les facultés de médecine n'éduquent pas à la réalité « entrepreneuriale ». À tel point, que le mot "entreprise" nous fait sauter au plafond. Mais attention, qui dit "entreprise", ne dit pas soussous plein les poches. C’est « dans le sens entrepreneurial » que le président de la CSMF l'entend : « au sens le plus noble du terme » assure notre confrère. Ce dernier regrette que nos cours de médecine excluent, d’une part des notions pratiques d’économie et d’organisation, d’autre part une sensibilisation à la médecine libérale (par des séniors par exemple). Il s’en inquiète, même.

Médecin ET entrepreneur : même pas peur

Pour Jean-Paul Ortiz, l'entreprise que représente notre exercice libéral, offre une liberté d’action qui n’a d’égale : « il faut que les jeunes prennent la main, exhorte-t-il. Car le risque, c’est que les administratifs prennent le pouvoir ». À ceux qui hésitent de s’installer par crainte de payer trop de charges ou de se perdre dans les méandres de l’URSSAF, il suggère : de « prendre le volant » plutôt que de se laisser gouverner par des « bureaucrates ». Il s'explique : « le médecin est au centre du système de soins, il doit donc continuer à piloter le gouvernail ».

 

 

 

Source: 

What's up doc - publié par AP

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La plateforme de mise en relation patients-médecins docadom n’est ni un Doctolib bis, ni une énième plateforme de télémédecine. C’est plutôt une...
Selon notre ministre
Sous l’Arche de la Défense, une dizaine de jeunes médecins s’étaient donné rendez-vous pour assister à un atelier animé par deux généralistes de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.