Jeunes mères sans abri : les hôpitaux franciliens débordés

Les maternités seraient débordées par de jeunes mères sans abri qui finissent par dormir dans les couloirs des hôpitaux. Mais aussi dans la rue avec leurs bébés.

Mercredi dernier, à l’hôpital Trousseau, l’annonce de l’ouverture de soixante places gérées par le 115 a provoqué un « appel d’air », suscitant l’arrivée de nombreuses familles sans abri, rapporte Le Monde qui précise qu’un nombre croissant de jeunes femmes sans abri (souvent enceintes ou mères de jeunes enfants) se retrouvent à la rue en Île-de-France et dans quelques grandes métropoles, en raison de la saturation des dispositifs d’hébergement d’urgence. Tandis que, chaque nuit, près d’une centaine de femmes ayant accouché trouvent ainsi refuge dans les treize maternités de l’AP-HP, parfois dans des conditions quasi inhumaines (dans un bout de couloir, à même le sol…).
 
Conséquence : « Une fois la capacité maximale du centre d’accueil atteinte, l’hôpital (Trousseau, NDLR) a été contraint de placer des vigiles devant le hall de l’hôpital en interdisant ainsi l’accès en raison des risques posés pour les patients hospitalisés », explique au Monde l’AP-HP qui considère que le hall d’un hôpital n’a « pas les conditions requises pour être un lieu d’hébergement ». Si bien que de plus en plus de mères demanderaient des nacelles pour que leurs bébés puissent dormir dans la rue…
 
Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Suite au déferlement du hashtag #BalanceTonMedecin, plusieurs syndicats (SML, CSMF…), mais aussi l’Ordre des médecins ou Agnès Buzyn, ont dénoncé le...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.