Grève des internes : les syndicats s'opposent

L'appel à la grève des internes pour le lundi 17 novembre est confirmé par l'ISNI, mais refusé par l'ISNAR-IMG

Ils l'avaient annoncé il y a un mois déjà, ils le confirment ce jeudi : "l’Intersyndicat national des internes dépose un préavis de grève suite à la rencontre non concluante du jeudi 16 octobre avec la direction générale de l’offre de soins (DGOS)." Ils appellent donc à 24h de grève, avant "d'autres mobilisations plus longues dans les semaines à venir", selon l'AFP.

Leur grief principal : le temps de travail. lls s'appuient sur le rapport de la Comission européenne qui établissait en mars dernier que les internes français travaillaient plus de 48h, temps maximum imposé par la réglementation européenne. Et à ce sujet, la proposition du ministère pour remédier au problème est selon eux "inapplicable et dangereuse pour les internes". Le gouvernement propose de passer de 11 demi journées à 8 demi journées de travail, 1 demi-journée de formation et 1 demi-journée de temps personnel. L'Isni veut "plus de flexibilité" et demande une semaine de travail du lundi au vendredi, libérant le samedi matin pour les gardes. 

Pendant ce temps, l'ISNAR-IMG considère que "les appels à la grève nous font perdre un temps précieux". Le syndicat d'internes généralistes refuse de participer à la grève, et demande l'accélération du calendrier dans la mise en place des réformes du gouvernement. " La formation universitaire et personnelle sera sanctuarisée, assure le syndicat, les astreintes seront décomptées dans le temps de travail et bénéficieront enfin d’un repos de sécurité, le temps de travail sera géré par les autorités administratives et l’interne disposera de recours, notamment auprès de l’ARS, en cas de non respect de ces dispositions " Et concluent : "Il nous faut aller de l’avant".

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un médecin urgentiste comparaissait le 21 mai devant le tribunal correctionnel de Caen à la suite de dénonciations pour dérives sectaires. Le Conseil...
La vision du cabinet d'audit KPMG

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.