#DocteurGreen - COP21 : L’Ordre appelle les médecins à se mettre au vert

« Le médecin doit être un lanceur d’alerte »

À l’occasion de la COP21, l’Ordre des médecins a accueilli un événement sur le rôle des professionnels de santé dans l’action pour le climat. L’objectif : mettre en lumière l’enjeu de santé publique et l’importance de l’action des médecins. Retour sur une matinée aux cinquante nuances de vert.


« Je voudrais que nous nous transportions en 2038, à Dallol en Ethiopie. Aujourd’hui, la température locale moyenne est de 44,4 °C mais, d’ici là, elle aura grimpé de 5,5 °C. Macy a été mal nourrie, ses lèvres sont fendues, sa peau desséchée. Elle a souffert de coups de chaleur et d’une infection par le virus du Nil occidental. »

13 millions de vie par an

C’est avec ces mots que le Dr Peter van den Hazel, président de la Health and Environment Alliance (HEAL), a choisi d’introduire l’événement destiné aux professionnels de santé, vendredi en marge de la COP21. L’espace d’une matinée, la salle cossue du conseil de l’Ordre s’est transportée dans l’univers cosmopolite des négociations climatiques.

L’occasion pour les intervenants – des médecins pour la plupart, originaires d’Angleterre, de Pologne, de Serbie, de Turquie – de rappeler que la santé publique est un enjeu central dans la lutte pour l’environnement. Coups de chaleur, troubles cardiovasculaires et respiratoires, maladies infectieuses : le changement climatique a des conséquences majeures sur la santé.

« Les facteurs environnementaux sont à l’origine d’un quart des maladies dans le monde », rappelle, dans une fougueuse allocution, le Dr Maria Neira, directrice du département Santé publique et environnement de l’OMS. « En prenant les bonnes décisions, c’est 13 millions de vies qu’on pourrait sauver tous les ans », poursuit-elle, précisant que ce chiffre sera bientôt réévalué – à la hausse, probablement.

Le médecin, un acteur politique ?

Quel doit être le rôle du médecin, dans un monde qui s’annonce de plus en plus torride ? « Il doit être un lanceur d’alerte », considère le Dr Xavier Deau, président de l’Association médicale mondiale, co-organisatrice de l’événement. « Le médecin doit être au cœur de la prévention, jouer un rôle d’information et de conseil vis-à-vis des autorités ».

Une conception sociétale de la médecine qui ne va peut-être pas de soi en nos vertes contrées. La conférence, en anglais, ne met pas vraiment à l’honneur les intervenants français qui se débattent avec la langue de Shakespeare. Et si plusieurs représentants de la Fédération internationale des étudiants en médecine ont fait le déplacement, les associations étudiantes hexagonales semblent, elles, manquer à l’appel.

Qu’importe : les médecins intéressés pourront toujours retrouver les débats sur Youtube, et consulter le webzine webzine Climat et santé lancé par le Conseil de l’Ordre à cette occasion. « Il est impératif que les organisations médicales professionnelles en appellent aux politiques locaux, afin qu’ils limitent les émissions de carbone dans les villes », défend ainsi son président, le Dr Patrick Bouet.

S’emparer de la question écologique

Pour Patrick Bouet comme pour tous les intervenants présents ce matin-là, les médecins ont le « devoir moral » de s’emparer de la question écologique, de peser sur les débats et d’informer, afin que la santé soit prise en compte lors des négociations climatiques présentes et à venir.

« La bonne nouvelle pour Macy, c’est qu’en 2015 à la COP21, la communauté médicale aura décidé d’adapter le système de santé et de le faire savoir aux négociateurs », poursuit Peter van den Hazel. « Et ce, afin de pouvoir prendre en charge, dans le futur, toutes les personnes vulnérables au changement climatique. »

Source: 

Yvan Pandelé

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

73 ONG internationales (SIRF - Syria INGO Regional Forum) déclarent être profondément préoccupées par la détérioration rapide de la situation...
Un ancien anatomopathologiste d’un hôpital militaire de l’Arkansas (États-Unis) est poursuivi pour trois homicides involontaires après le décès de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.