#DocteurGreen - « Adopte 2 Poules » pour l'environnement

L'initiative de la polyclinique de Blois pour sensibliser son personnel

VIDEO. Blois : la Polyclinique leur offre des... par lanouvellerepublique

Aujourd’hui débutent deux semaines dédiées à l’environnement. La COP21 donne l’occasion à What’s up doc de se pencher sur une problématique à laquelle le monde médical ne semble pas particulièrement sensible, mais qui pourtant le concerne directement : la protection de l’environnement. Pendant deux semaines, What’s up doc s’habillera donc de vert et publiera un article par jour sur ce thème. Début de l’opération #DocteurGreen avec l’initiative « Adopte 2 poules pour le développement durable ».

Nous sommes à la polyclinique de Blois. A l’occasion de la semaine du développement durable, M. Saunet, le président directeur général de l’établissement souhaite mettre en place un projet nouveau et original. Brainstorming, et l’équipe décide de s’inspirer d’une initiative prise par la Polyclinique Bordeaux Rive Droite d’il y a quelques années : Adopte2poules.

Marie-Charlotte Expert, assistante de direction, est en charge du projet. « Nous avons décidé du projet en janvier 2015, et il a vu le jour le 1er juin », explique-t-elle. Le principe est simple : on propose à tous les employés de la clinique d’adopter gratuitement « deux poules pour le développement durable ». Parce que les petites cocottes sont de grandes consommatrices de déchets ménagers : elles pourraient en ingurgiter jusqu’à 150 kg par an pour chacune d’entre elles. De quoi alléger les poubelles.

Le projet est proposé aux employés de la clinique en mai, et, surprise, on s’emballe pour les poulettes : « on a été dépassé ! 208 adoptants se sont fait connaître, soit 416 poules à trouver », confie Marie-Charlotte Expert. Sur un peu moins de 450 salariés dans la clinique, ce sont près de la moitié d’entre eux qui se sont manifestés. Un succès inattendu pour les poules. On fait tout de même signer un « contrat d’engagement et de bientraitance », précise Marie-Charlotte Expert. Il est notamment indiqué qu’il est « interdit de consommer les poules dans un délai inférieur à trois ans », soit la période où la poulette est la plus en forme : elle pond un max. Le 1er juin 2015, on aménage donc le parking de la clinique en basse-cour improvisée. La distribution est organisée sur 4 ou 5 heures, mais les volontaires se bousculent au poulailler dès la première heure : « les gens faisaient la queue », s’étonne la secrétaire de direction.

Des poulettes pour mieux sensibiliser au développement durable

Et les médecins dans tout ça ? « Nous avons eu quelques médecins volontaires », affirme Marie-Charlotte Expert : une quinzaine sur 50 médecins dans la clinique.  « Nous avons été assez surpris », poursuit-elle, mais pourquoi ? « Parce que les médecins ne semblent pas être les plus sensibilisés à la question du développement durable ». Un constat que nous vérifierons au cours des prochains articles à paraître dans What’s up doc.

Finalement, est-ce que cette opération à succès a permis de sensibiliser le personnel médical à la problématique environnementale ? « Le but était de promouvoir le développement durable mais aussi qu’il ait un sens au quotidien, chez les salariés, car ça se répercute ensuite au travail », explique Marie-Charlotte Expert. Il va falloir attendre juin prochain pour pouvoir mesurer l’impact de cette initiative au niveau de la clinique, mais elle a déjà eu un autre effet bénéfique, plus inattendu : « ça a créé une vraie dynamique au sein de la clinique, quelque chose de transprofessionnel », ajoute-elle. « Les gens se sont rassemblés autour du projet, ont beaucoup échangé. Nous avons vu des professions qui avaient peu l’occasion de se rencontrer auparavant se retrouver pour parler de leurs poules. On nous a même envoyé les photos des premiers œufs », s’amuse-t-elle. Un vrai succès donc : des déchets en moins, des œufs frais, et de « franches rigolades » à la clé. De petites poules aux œufs d’or.

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La médecin anti-masque Eve Engerer a été suspendue le 10 novembre dernier pour "mise en danger" potentielle de ses patients. Et a aussi été convoquée...
La (rase) campagne patine sur le sujet
Presse auscultée. Les urgentistes en lutte ont obtenu ce 27 août le soutien de la maire de Lille Martine Aubry, qui est aussi présidente du conseil...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.