COP 26 : les gynécologues-obstétriciens alertent sur les effets de la crise climatique

Quelques jours avant le début de la COP 26, à Glasgow, la principale organisation internationale de gynécologues-obstétriciens lance un appel à « agir maintenant », la crise climatique mettant, selon eux, en danger l'espèce humaine.

La Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique (Figo) - qui représente des centaines de milliers de praticiens de la santé maternelle et infantile dans plus de 130 pays à travers le monde - évalue l'impact de la crise climatique sur la reproduction humaine.

Dans un article publié en ligne dans L'International Journal of Gynecology and Obstetrics, les auteurs soutiennent que cette crise est devenue « une urgence de santé publique qui affecte de manière disproportionnée les personnes enceintes, les enfants, les personnes issues de communautés défavorisées et marginalisées, les personnes de couleur et la reproduction humaine ».

« Le changement climatique peut également aggraver les soins prodigués tout au long de la grossesse et de la maternité, ainsi que l'issue des grossesses dans les pays déjà à faibles ressources », estiment-ils.

Ainsi, l'exposition à la chaleur et à la pollution de l'air pendant la grossesse provoque « des risques accrus de mortinatalité, de faible poids à la naissance et de naissances prématurées, et une augmentation significative du risque d'anomalies congénitales fœtales », indique l'article.

Les auteurs détaillent également les risques accrus que les catastrophes naturelles telles que les inondations et les ouragans représentent pour les femmes, les enfants et les personnes enceintes, y compris une exposition plus élevée aux polluants nocifs et aux produits chimiques. Avec une augmentation du risque d'hypertension chez les femmes enceintes, de dépression ou de pré-éclampsie.

Les combustibles fossiles, le pétrole et le gaz naturel sont utilisés pour la fabrication de produits qui peuvent perturber le système endocrinien, ajoutent-ils.

« La production de ces produits chimiques n'a cessé d'augmenter depuis les années 1950 et correspond à une augmentation spectaculaire des problèmes de santé affectant les femmes et leurs familles, tels que le diabète, les problèmes de fertilité, le cancer et les troubles neurologiques », soutient l'article.

Avec AFP

Lire aussi :

Changement climatique : l'OMS réclame de mettre la santé au coeur de la lutte

 

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Moderna estime pouvoir offrir sa dose de rappel annuel à la fois contre le Covid-19, la grippe et le VRS (virus respiratoire syncytial, infectant les...

Une première médicale au Japon

Une université japonaise a annoncé ce vendredi 14 janvier avoir réussi à transplanter des cellules souches humaines sur un patient en vue de traiter...

Une greffe de coeur de cochon à un humain, une première !

Des chirurgiens américains ont réussi à greffer sur un patient un coeur issu d'un porc génétiquement modifié, une première mondiale, a annoncé lundi...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.