Transfert de compétences : à nous, pharmaciens, de devenir indispensables aux médecins

[Chronique du pharmacien] Un récent sondage publié dans la presse montre que les médecins sont réticents à un transfert de certaines compétences. Et si c’était aux autres professionnels concernés par ces nouveaux actes de faire lever les doutes.

Pharmaciens, nous avons une super opportunité de montrer la valeur ajoutée de notre métier grâce au transfert de certaines compétences médicales. 

Car la question fait débat depuis un récent sondage paru dans la presse professionnelle*. Les médecins semblent, en effet, peu enthousiastes à l’idée de céder certains actes à d’autres professionnels de santé. Dans le viseur de ces nouvelles activités, les pharmaciens et les infirmiers se voient confier de nouvelles tâches dans la prise en charge des patients.

Bien ou pas bien ? Évolution ou régression ? 

Difficile d’avoir un avis sur ce débat sans rentrer dans un débat corporatiste. 

En tout cas, je pense que la question du transfert de compétences est mal posée. 

J’ai le sentiment que les décisions prises sont vécues comme un affaiblissement de la compétence médicale au profit d’autres professionnels non médecins. Et c’est là ou peut être les choses pourraient être vues d’une autre manière.

Ces évolutions réglementaires peuvent être une forme de coup de pouce pour valoriser d’autres acteurs de soins intervenant au quotidien dans le parcours des patients. 

Pour le pharmacien, ces nouvelles compétences sont pour moi l’occasion de valoriser le métier à condition que toute la profession joue bien sûr le jeu. Car au fond pourquoi les médecins expriment une crainte à céder certains actes ? 

Très probablement et n’ayons pas peur des mots, l’image du pharmacien n’est pas forcément rassurante. 

Une partie de la profession s’est heureusement lancée dans une évolution du métier centrée sur l’aspect médical. La vaccination, les entretiens pharmaceutiques sont parmi les nouvelles compétences pertinentes. Malheureusement, une proportion des officinaux privilégient encore le côté “commerçant” du métier et les clichés associés.

Alors oui, obtenir la confiance de nos collègues médecins n’est pas une chose innée. 

C’est bien là le défi passionnant de notre quotidien. Que cela soit à l’hôpital ou en ville, la relation de confiance se forge avec le temps. Au début, on s’observe, on se regarde du coin de l’œil en se demandant ce que l’autre fait là. Puis peu à peu, les échanges deviennent pertinents et la confiance s’installe. Au final, une fois que chacun a compris ce que l’autre peut lui apporter dans la prise en charge des patients communs, médecins et pharmaciens travaillent ensemble en bonne intelligence. Prenons donc le temps sur ces nouvelles compétences de comprendre ce que l’autre apporte. 

De plus, la profession médicale a déjà, dans certaines spécialités, entamé une évolution des pratiques** réussie. 

Par exemple, les gynécologues (avec les sages-femmes) ou encore les ophtalmologistes (avec les orthoptistes) ont transféré certains actes à ces professionnels. Et cela semble aujourd’hui bien en place. Cette évolution semble faire gagner du précieux temps médical dans beaucoup de situations.

Les pharmaciens doivent donc comprendre ces réticences exprimées par le corps médical. La profession doit trouver alors les bons arguments pour faire lever ces doutes. Cela passera forcément par des moments d’observation et de questionnement. Mais on le sait, après ces périodes d’observation, la confiance mutuelle permet de créer un lien privilégié dont les patients seront les premiers bénéficiaires. 

Les récentes propositions de transfert de compétences constituent pour les pharmaciens une occasion rêvée d’affirmer leur rôle d’acteur de santé. 

Mais, ces évolutions ne doivent pas être imposées “de force” aux médecins. Tout le défi pour la profession va être maintenant d’obtenir la confiance du corps médical. Cela passe forcément par une remise en question du métier et de la place du pharmacien dans le système de soins. Pour être plus clair, c’est maintenant ou jamais ! 

 

Portrait de Romain Lecointre

Vous aimerez aussi

Les révélations du livre « Les fossoyeurs » décrivant des dysfonctionnements dans des Ehpad privés du groupe Orpea sont "absolument révoltantes" et...

Avec la crise sanitaire qui a mis en évidence les besoins des hôpitaux et les difficultés pour nombre de Français d'accéder à un médecin, les...

Dans une campagne présidentielle marquée par l'épidémie de Covid-19, la santé est une préoccupation majeure des électeurs. Voici cinq chiffres...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.