Savez-vous à quoi ressemblent les médicaments de vos patients ?

Quand les formes galléniques sont identiques

A partir du 13 avril 2015, les comprimés de l’anticoagulant Previscan changeront de couleur et passeront du blanc au rose. Une décision prise par l’ANSM, qui a demandé au laboratoire Merck Serono de colorer les pilules dans le but d’éviter une confusion. En effet, plusieurs comprimés de médicament destinés à traiter de pathologies d’ordre cardiovasculaire (Captopril et Lisinopril) ressemblaient à s’y méprendre au Previscan. « Les répercussion sur la santé d’un patient qui ne prend pas son anticoagulant peuvent être très sérieuses. C’est pour cette raison qu’on ne peut pas permettre une telle confusion », prévient Nicole Petitcollot, pharmacologue et fondatrice de la plateforme d'aide à la prescription Prescrisur. Et les médecins ne sont pas forcément les mieux placés pour prévenir ce type d’erreur. Car ce sont des prescripteurs et non des fabricants, ils connaissent donc très bien les noms des traitements mais sont beaucoup moins renseignés sur l’aspect ou la couleur des comprimés.

D'ailleurs, avec 19.000 AMM et 12. 000 produits commercialisés en France, pas toujours évident de s'y retrouver. En revanche, on peut s’étonner qu’un laboratoire fabrique des médicaments aux molécules différentes tout en leur donnant un aspect quasiment identiques sans que les instituts de surveillance du médicament réagissent, ou alors une fois qu’un accident a eu lieu. « Etonnant, oui c’est le mot ! Malheureusement, ce sont souvent les drames qui sont déclencheurs de décision » précise Nicole. "Dans le cas du Previscan, saluons cette décision dont le but est d'éviter toute confusion avec d'autres médicaments d'aspect similaire. »

 

 

 

Source: 

Léa Drouelle

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les médecins de la génération Y n'ont pas fini de se faire entendre
Dans le cadre de la réforme du deuxième cycle des études médicales, l’Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France) a travaillé...
Les ophtalmos dénoncent la confusion des genres

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.