Rougeole : que se passe-t-il en dessous de 95 % de couverture vaccinale ?

Alerte !

Des chercheurs de l’université de Pittsburg (États-Unis) ont publié les résultats fournis par un outil de simulation de propagation de la rougeole. Tentez votre chance !

Tout le monde connaît la chanson : pour la rougeole, l’un des virus les plus contagieux, une couverture vaccinale de 95 % au minimum est essentielle pour circonscrire la maladie à quelques cas isolés. Mais dans quelle mesure le taux de vaccination protège les populations ? Pour se la représenter, l’Université de Pittsburgh (États-Unis) a rendu public un outil de simulation épidémiologique, et ça ne fait pas plaisir. Pour visualiser les résultats, il suffit de choisir une ville, et d’observer l’épidémie s’étendre.

Épidémie de rougeole à New-York - couverture vaccinale de 80 % - jour 148

L’outil, Fred (Framework for reconstructing epidemiological dynamics), développé à l’école de santé publique de l’université, simule la contagion à partir d’un cas unique de rougeole chez un enfant, et propose une contagion possible dans la ville sur les six mois suivants, selon deux scénarii de couvertures vaccinales : 80 % et 95 %. En rouge, les personnes infectées, en bleu, les personnes guéries. « Si la contagion dépasse quelques cas isolés, l’immunité de groupe est perdue, et la maladie se répand facilement », expliquent les concepteurs.
 
Un outil conçu pour nous. Si les seules villes accessibles sont américaines, l’outil donne une idée de ce qu’il pourrait se passer en France. Alors que la vaccination ROR (rougeole-oreillons-rubéole) n’est obligatoire que depuis le 1er janvier 2018, le taux de vaccination augmente. Mais avant cette obligation, la couverture vaccinale des enfants de moins de deux ans était inférieure à 80 %. Parfait ! Voyons ce que cela donnerait dans une grande ville, Los Angeles, par exemple, avec une couverture comparable.

La vaccination n’est donc toujours pas qu’une question de liberté individuelle.
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Augmentation de l'activité de l'AP-HP
Le virus malmène patients, médecins et organisations hospitalières. Quelque 1100 patients seraient déjà décédés.
Des chercheurs de l'université de Lorraine ont construit une intelligence artificielle destinée à aider les médecins à la prescription de médicaments...
Les Conversations éthiques 2016 veulent anticiper la santé

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.