Rougeole : la Serbie montre la voie

Belle histoire dans les Balkans

Le pays des Balkans fait face à une flambée de rougeole, avec plus de 5 000 cas recensés, mais surtout quinze décès depuis fin décembre. La vaccination est en berne, sur fond d’opposition entre nationalistes, Église orthodoxe et État.

Avec un seul décès pour à peine plus de 2 000 cas, la France fait pâle figure dans la course à la plus belle épidémie de rougeole. Pourtant bien engagés sur la voie antivaccinale, nous aurions beaucoup à apprendre d’un petit pays des Balkans. La Serbie, avec peu de moyens, excelle sur les conséquences des mouvements antivaccinaux.

Plus de 5 000 cas recensés en moins de 6 mois, et 15 décès depuis fin décembre, le dernier chez un enfant de 11 mois en avril. Les Serbes nous montrent à tous qu’avec un peu de volonté, il est possible de faire revivre des maladies en voie d’extinction. Comment ont-ils fait ? Libération revient sur la belle histoire.

Dieu, la Patrie et l’Occident libéral corrompu

Alors que la vaccination est obligatoire depuis 1971, et que la dernière épidémie remontait à 1997, l’espoir de revoir un jour la rougeole semblait lentement s’effacer. C’était sans compter sur les antivaccinaux, hostiles aux laboratoires pharmaceutiques, réorientant la population vers les médecines douces. Leur facteur X pour convaincre ? L’Église orthodoxe et les courants nationalistes, qui jouent avec subtilité sur le rejet de l’Occident et de ses laboratoires, en brandissant la crainte que « l’Occident libéral corrompu » fournisse des vaccins de seconde zone.

Brillant ! La tactique résiste pour l’instant aux tentatives de contre-attaques de l’État, qui a condamné une cinquantaine de parents refusant de vacciner leurs enfants. Mais attention, rien n’est définitivement joué jusqu’à la mise en bière : la majorité des parents qui hésitent sont plutôt mal informés que convaincus par les théories antivaccinales. Il ne faut rien lâcher !

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Rencontre avec le Dr Hocine Saal
« Notre institution sera toujours un allié »

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.