Pratiquer l'anesthésie par l'hypnose

Comment se former ?

Est-ce l'exemple médiatisé de la chanteuse Alama Kanté, qui, sous hypnose, a chanté pendant son opération, ou les récentes communications des HCL à propos du cancer de la prostate traité par curiethérapie sous hypnose ? Il semble que l'on parle de plus en plus de cette technique d'anesthésie et qu'elle se développe dans les hôpitaux.

Mais alors, quand on veut se former, vers qui et où se tourner ? Le Dr Stéphane Charré est anesthésiste-réanimateur et formateur chez Emergences, un institut de formation et de recherche en hypnose et communication thérapeutique. "Il existe deux types de formation : universitaire, ou non". Dans le premier cas, le DU d'hypnose médicale à la Pitié Salpêtrière, Paris VI, et créé par Jean-Marc Bernhaiem en 2001, est particulièrement réputé.

Emergences est quant à lui un exemple de centre de formation, dont Stéphane Charré nous parle plus particulièrement : "l'institut délivre un certificat avec le nombre de jours et d’heures de la formation à laquelle vous avez participé. Cette formation, étalée sur 12 jours, est reconnue par la ESH, la société européenne d’hypnose".

Néanmoins, ces deux types de formation ne sont pas antagonistes, et seraient même complémentaires selon le Dr Charré : "la formation universitaire est complète mais manque de pratique. De nombreux médecins viennent ici après un DU, ce qui leur permet de se sentir totalement capable de faire une intervention en sortant".

Il ajoute que "c’est une formation qui a le vent en poupe depuis deux à trois ans. Emergences a vu augmenter son nombre de formation, il y a beaucoup de demandes".

 

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Des patients aux soldats, c’est « le serious game médical pour tous »…
Ce qui est rare est cher !

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.