Plantage aux ECN blanches : #PromoCrashTest, le retour

L’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage

Les ECN blanches se déroulaient sans problème depuis lundi. Mais ce matin, l’épreuve de lecture critique d’article a tourné au fiasco informatique. A quelques mois des premières véritables ECN informatisées, l’ambiance est à l’inquiétude.

 

« Jusqu’ici, tout va bien », titrions-nous hier à propos des ECN informatisées (ECNi) blanches qui se déroulent depuis lundi. Pour ce dernier test avant les premières véritables ECNi prévues pour juin, tout semblait en effet se dérouler correctement… Mais au dernier moment, patatras : ce mercredi, les tablettes sur lesquelles les étudiants de sixième années passaient leur épreuve de Lecture critique d’article (LCA) se sont mises à planter en chœur.

« Ce matin, on était confiants, comme le reste de la France », raconte Pierre*, étudiant marseillais. « On a rentré nos identifiants, tout se passait très bien, mais au bout d’un quart d’heure, quelques questions ont commencé à buguer… Petit à petit, c’est le contenu qui n’allait plus, avec des messages d’erreur ». L’épreuve a été suspendue pendant une heure au bout de laquelle, médusés, les externes ont appris qu’elle était annulée.

Saturation des droits d’accès

Que s’est-il passé ? Le Centre national de gestion (CNG), chargé de l’organisation des ECN, l’explique dans un communiqué. « Cette épreuve était testée pour la première fois dans les conditions réelles [..]. Les nombreux mouvements liés à son extrême technicité (ouverture simultanée des deux sujets, usage de plusieurs onglets, fonction de surlignage...) ont généré une saturation des droits d’accès ».

Cette saturation a fait ressurgir les souvenirs des épreuves de décembre qui avaient été annulées après des plantages en série. Sur Twitter, comme lors de la première série d’épreuves blanches, le hashtag #PromoCrashTest est entré en surchauffe et les gifs moqueurs à l’encontre du CNG se sont mis à fleurir.

« Ca commence à faire un peu peur »

Mais au-delà de l’humour carabin qui s’est déversé sur les réseaux sociaux, l’heure est à l’inquiétude. Rémi Patrice, vice-président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) en charge des études médicales, nous l’expliquait hier : l’épreuve de LCA était celle que redoutaient les externes. Le CNG a annoncé que celle-ci était reportée à demain, mais Rémi prévient : « les étudiants sont désabusés, ils vont avoir du mal à y retourner de bon cœur ».

« Ca commence à faire un peu peur pour juin », confirme Pierre. « On est assez stressés comme ça avec les révisions ». Faut-il s’attendre à une fronde carabine, comme en décembre ? « On va en discuter entre nous, ça n’est vraiment pas normal », peste l’étudiant.

Rémi, lui, est plus mesuré. « On est pas du tout en opposition avec le CNG, on veut que les étudiants puissent composer dans de bonnes conditions au mois de juin, on aimerait qu’une solution claire soit trouvée dès la fin de cette semaine ». Pour l’ANEMF, elle est toute trouvée : il faut que pour l’épreuve de LCA, les textes soient distribués à l’ancienne, en version papier. Les vieilles méthodes ont parfois du bon !

 

* Le prénom a été modifié.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le classement des spécialités sur trois ans
Classement des CHU et des spécialités 2017-2018
L’Anemf vient de publier son indicateur du coût de la rentrée 2020, qui continue à augmenter... Et fait des propositions concrètes pour améliorer les...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.