PH : les syndicats attendent la Ministre de pied ferme

Et il y a du pain sur la planche !

La présidente de l'Intersyndicat National des Praticiens Hospitaliers (INPH) Rachel Bocher a rencontré lundi la Ministre de la Santé pour évoquer les préoccupations des PH. L'Intersyndicale Avenir Hospitalier (AH) et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux (CPH) rencontreront elles le conseiller spécial de la Ministre ainsi que la directrice générale de l’offre de soins le 23 août. Les sujets sur la table ne manquent pas.

Contacté par What's up Doc, le Dr Max-André Doppia se dit « impatient » de pouvoir enfin rencontrer les membres du cabinet d’Agnès Buzyn. Le président d’Avenir Hospitalier veut avant tout savoir quelle relation la Ministre compte établir avec les représentants syndicaux. « Les PH doivent être représentés au même niveau que les libéraux » rappelle-t-il. « On avait demandé un rendez-vous mi-mai via un communiqué, ce sera finalement fin août. Et nous ne serons pas reçus par la Ministre », regrette-t-il. Contrairement à l’INPH...

Pour cet anesthésiste-réanimateur, le sujet brûlant est la publication au plus vite des décrets d’application relatifs au Conseil supérieur des professions médicales hospitalières (CSPMH). Institué par la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé (art.194), le syndicaliste attend des réponses quant « aux moyens alloués aux syndicats afin de légitimer la représentativité syndicale des médecins. Ça devait être fait avant les élections (présidentielles, NDLR) et la nomination de la nouvelle Ministre, et ce n’est toujours pas fait ! », peste Max-André Doppia. Agnès Buzyn sait au moins ce qui l’attend.

T2A et GHT, les sujets incontournables 

« On a préparé un dossier de 7 pages pour notre rendez-vous fin août », annonce d'ores et déjà le président de syndicat. Au programme, l'homme souhaite faire le bilan de l’action de Marisol Touraine, notamment sur l’attractivité des carrières, « où rien n’a été réglé par l’ancienne ministre ». Autre sujet chaud sur la table : le statut des PH. « Nous sommes prêts à évoluer, mais attendons de rencontrer la Ministre pour entendre ses ambitions ». Seront également évoqués par les représentants d’AH et de la CPH, les sujets incontournables du moment : la mise en oeuvre des Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) et le financement des hôpitaux publics.

Et la remise à plat de la tarification à l’activité (T2A) est plus que jamais d'actualité. « La mission portée par Olivier Véran montrait une bonne direction. Maintenant, il faut vraiment réformer le système de financement des hôpitaux », explique Max-André Doppia. Rachel Bocher (INPH), interrogée par nos confrères de l’APM, a elle indiqué qu’Agnès Buzyn avait « d'emblée, évoqué la sortie partielle du tout T2A ». Une déclaration saluée par le président d’Avenir Hospitalier, qui attend maintenant des actes.

« Rien n’est possible sans dialogue social »

Concernant les GHT, l’inquiétude de l'anesth'-réa' normand porte sur le mode opératoire. « Comment on discute de tout ça ? Est-ce que c’est autoritaire, de façon très gestionnaire, ou va-t-on peut-être écouter les représentants syndicaux ? », interroge-t-il. Ce PH reproche au système actuel de ne pas donner aux syndicats les moyens d’intervenir dans l’organisation des GHT. « Rien n’est possible sans dialogue social. Le système va capoter si l’on nie la défense des intérêts des salariés ». Seule la commission médicale d’établissement (CME) comporte des représentants du personnel, « mais évoquer les conditions de travail n’est pas son job ». 

Du côté de l’INPH, on insiste sur « l'importance d'accorder une place au secteur libéral dans le cadre des GHT ». La levée de boucliers d'Avenir Hospitalier ne se fait pas attendre. Le syndicat ne peut en effet « imaginer que les pouvoirs publics intègrent les libéraux sans en parler d’abord aux représentants syndicaux PH ». Là encore, Max-André Doppia a hâte d’entendre la Ministre, dont Rachel Bocher loue « l’empathie » à l'égard des préoccupations des PH. « On aimerait nous aussi pouvoir constater l’empathie de la Ministre… », conclut le praticien-syndicaliste avec sarcasme.

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le nouveau président de l’InterSyndicale a du boulot
Le site « Paye ta blouse » passe à table
Le gouvernement doit apprendre À lire l'heure...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.