Nombre de cas élevé : La courbe épidémique donne le vertige à Santé Publique France

D’après le dernier point épidémiologique hebdomadaire de Santé Publique France, la courbe de la propagation de l’épidémie en France reste à un niveau élevé. Une situation qui inquiète alors que les cas de contaminations au variant anglais augmentent.
 

L’épidémie stabilisée à un niveau élevé ? C’est le constat qui ressort des dernières données partagées par Santé Publique France. « Du 11 au 17 janvier, les indicateurs épidémiologiques de suivi de l’épidémique de Covid-19 montraient une persistance de la circulation du SARS-CoV-2 à un niveau élevé », a débuté l’organisation de santé dans son point épidémiologique hebdomadaire.

En tout, 128 551 nouveaux cas ont été confirmés positifs au SARS-CoV-2 – soit seulement 1 % de plus que la semaine précédente. En moyenne, 18 364 personnes ont été testées positives à la Covid-19 chaque jour. Si la tendance est à la stabilisation, la circulation importante du virus s’est particulièrement ressentie dans les rangs des plus de 75 ans.  « En semaine 02, les personnes de 75 ans et plus étaient les plus touchées par le SARS-CoV-2 », souligne Santé Publique France.
 
Une tendance qui semble s’être répercutée sur les hôpitaux français. En semaine 2, le nombre de nouvelles hospitalisations et d’admissions en réanimation ont augmenté de 9 et 3 %. Un phénomène observé par l’organisation de santé pour la seconde semaine consécutive. « Le nombre de patients hospitalisés en France pour COVID-19 restait élevé, avec 25 567 personnes hospitalisées le 19 janvier 2021, dont 2 839 en réanimation », précise SPF.
 
Côté vaccination, SPF souligne que 692 777 personnes ont été vaccinées en France. Si elle note que la campagne s’est intensifiée depuis le 4 janvier, l’Institution appelle de ses vœux un nouveau coup d’accélérateur.   « [C’est] primordial pour faire face à l’augmentation de la circulation du SARS-CoV-2 et à la présence de variants émergents sur le territoire », indique SPF. Si seulement dix cas de contamination au variant sud-africain ont été détectés en France, le nombre de cas de contamination au variant anglais s’élève, lui, à 131.
 
Invité sur le plateau du 20h de TF1 jeudi 21 janvier, le ministre de la Santé a affirmé que tous les Français qui le souhaitent seraient vaccinés fin août si « tous les vaccins sont validés par les autorités sanitaires et mondiales ». « 4 millions fin février, 9 millions au mois de mars, 20 millions à la fin d'avril, 30 millions à la fin mai, 43 millions à la fin du mois de juin, 57 millions à la fin du moins de juillet et 70 millions, c'est-à-dire la totalité de la population française, d'ici à la fin août », a-t-il ensuite énuméré. 
 
Si un troisième confinement n’est pour le moment pas à l’ordre du jour - le gouvernement préférant "laisser sa chance" au couvre-feu, Olivier Véran a également indiqué que cette option pourrait être envisagée si le nombre de cas de contamination au variant anglais venait à augmenter. « On pourrait être amené à prendre des mesures plus dures », a attesté le ministre. 
 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Le creux démographique des médecins ne sera résorbé qu’en 2035. C’est l’un des enseignements inquiétants qui ressort de l’étude de la Drees sur l’...

Après avoir érigé la vaccination en Saint Graal, le Chili fait face à une nouvelle vague de contaminations. Une actualité qui nous rappelle que la...

Presse auscultée. La santé humaine, animale et environnementale, interdépendantes ? C’est en tout cas l’avis de nombreux chercheurs qui défendent le...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.