"On ne dit pas que quelqu'un est mort quand il n'est pas mort"

Tout le long de ce mois, nous diffusons en podcast des témoignages de jeunes médecins, internes, externes, confrontés à leur premier mort. Aujourd'hui, le gastro-entérologue et romancier Henri Duboc nous raconte l’histoire rocambolesque de son premier mort.

Faire une garde en cardio en compagnie d’un interne qu’on ne pas piffrer, c’est déjà assez difficile. Mais quand, à la suite d’un arrêt cardiaque, ce même interne vous demande d’annoncer le décès d’une mamie de 95 ans qui n’est pas encore tout à fait morte, ce n’est plus difficile à vivre, cela devient un cauchemar éveillé ! Quelques années plus tard, Henri Duboc revient sur cet événement douloureux qui lui aura permis de prendre conscience d’un certain nombre de choses.

 

Portrait de Julien Moschetti
article du WUD 45

Vous aimerez aussi

Alors que la procédure de choix a commencé, le ministère de la Santé publie un arrêté ajustant le nombre de postes accessibles aux futurs internes....
Quid de l’internat ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.