MSSanté : les échanges sécurisés décollent

Le message passe auprès des médecins

L'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip santé) souligne une forte augmentation du recours aux messageries sécurisées de santé en 2017, que ce soit dans les établissements publics ou chez les libéraux.

Qui a dit que les médecins avaient du mal à s'adapter ? S'ils sont parfois un peu réfractaires à la technologie, il semblerait que du côté des emails, le message passe plutôt bien. La mise en place des messageries sécurisées de santé se déroule mieux que prévue, signale Asip santé.

L'agence annonce en effet qu'en 2017, 430 000 messages par mois, en moyenne, ont été envoyés via son outil, ce qui représente une progression de 60 % en un an. Le nombre de boîtes créées sur la même période a triplé, pour atteindre 85 000, a-t-elle ajouté lors d'un événement organisé à destination des industriels ce jeudi.

Comme une lettre à la Poste

Tout se passe comme prévu, et même un peu mieux. En mai dernier, lors de la Paris Healthcare Week, le directeur général de l'agence annonçait qu'il se contenterait de 60 000 adresses créées. Le résultat est donc bien supérieur à ses attentes.

Les laboratoires de biologie médicale y sont pour beaucoup : leurs échanges avec les autres professionnels de santé doivent maintenant obligatoirement passer par la MSSanté, et il semblerait qu'ils n'aient pas traîné la patte pour s'y mettre. Arnaud Morel, chargé du déploiement de la messagerie sécurisée, a notamment salué « l'extrême réactivité » des éditeurs de logiciels pour laboratoires, qui se sont activés pour fournir des solutions viables rapidement.

Les médecins aussi

Les libéraux ont, eux aussi, droit à des louanges de la part de l'Asip. En tout, les professionnels de santé installés en ville sont 50 000 à disposer d'une messagerie sécurisée, notamment grâce à « l'appui précieux » des CPAM, qui les ont démarchés directement, a ajouté M. Morel. Parmi eux, un tiers sont des médecins.

Enfin, même les plus grosses structures, en particulier les hôpitaux, se jettent à l'eau. Alors que 874 établissements étaient équipés en mai, ils sont désormais plus de 1 000.

Médecin connecté

Petit bémol sur cette partition de rêve présentée jeudi : les créations d'adresses évoluent bien plus vite que le nombre de messages envoyés, ce qui laisse à penser que de nombreuses adresses sont créées, mais pas utilisées. Les éditeurs de logiciels de gestion de la pratique, notamment chez les libéraux, ont intégré la MSSanté dans les fonctionnalités, forçant ainsi en partie la hausse spectaculaire du nombre de boîtes existantes. Ce qui n'empêche pas les médecins de continuer à utiliser leur boîte wanadoo ou AOL...

Mais les avantages fournis par le système vont sans doute gagner le cœur de quelques adhérents supplémentaires. Parce que la messagerie est sécurisée, bien sûr, mais aussi parce que les libéraux seront bien obligés de s'y mettre pour communiquer par mail avec les laboratoires d'analyses.

Ils pourront aussi profiter des quelques fonctionnalités supplémentaires qui leur feront (peut-être) gagner un peu de temps, comme l'annuaire qui permet la mise en relation directe avec les correspondants. Les échanges numériques signifient également moins de papier, et donc moins de classement. La mobilité, enfin, devrait séduire : la messagerie est disponible via des applications pour smartphone et tablette, sur Android comme sur iOS.

Source: 

Jonathan Herchkovitch avec APMnews

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.