Loire : garde à vue d'une directrice d'hôpital, soupçonnée de détournement

La directrice d’un hôpital et d’un Ehpad du nord de la Loire, suspectée d’avoir détourné 250.000 euros, a été placée mardi en garde-à-vue à la gendarmerie de Roanne (Loire), a-t-on appris de sources concordantes.

Ouverte en février dernier par la brigade de recherche de Roanne (Loire) à la suite d’un signalement de l’Agence régionale de santé (ARS) au parquet de cette ville, l'enquête a abouti à l’interpellation en matinée de la suspecte, âgée de 49 ans, à son domicile de Riorges (Loire), selon les mêmes sources, confirmant une information du journal hebdomadaire régional « Le Pays ».

Des perquisitions y ont été menées ainsi qu’à son bureau de l’hôpital de Charlieu (Loire) qu’elle dirige, en présence du procureur de la République de Roanne, Abdelkrim Grini.

Originaire du Var et diplômée de l’École des hautes études en santé publique de Rennes, la quadragénaire dirige également l'Ehpad de Saint-Nizier-sous-Charlieu (Loire).

Elle est soupçonnée d’avoir attribué en juin 2015 un contrat de prestation de complaisance de 250.000 euros à un ancien militaire dont elle était très proche.

Le mois précédant l’attribution du contrat, ce dernier avait créé dans le Gard la société de conseil en sécurité des biens et des personnes CD Conseil Assistance dont les deux établissements de santé de la Loire étaient les uniques clients.

L’enquête a fait apparaitre que l’essentiel des prestations étaient fictives et que la directrice percevait en retour de la part de cette société et de son gérant des rétro-versements.

Avec AFP 

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Un médecin du Val-de-Marne soupçonné d'avoir vendu au moins 220 faux pass sanitaires a été mis en examen et placé en détention provisoire jeudi soir...

Le phénomène du « chemsex » associant consommation de drogues et rapports sexuels, se diffuse en France, aggravé par la crise sanitaire, et notamment...

Unanime, le Parlement a définitivement adopté jeudi une proposition de loi consensuelle visant à combattre les discriminations professionnelles...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.