"Les pénuries de médicaments ont été multipliées par 30 en dix ans" les sénateurs communistes vont créer une commission d'enquête

Article Article

Les sénateurs communistes ont annoncé hier le lancement début 2023 d'une commission d'enquête sur les ruptures d'approvisionnement qui touchent plusieurs médicaments, grâce au droit dont dispose chaque groupe politique de créer une telle instance par an.

"Les pénuries de médicaments ont été multipliées par 30 en dix ans" les sénateurs communistes vont créer une commission d'enquête

© IStock 

"Les pénuries de médicaments ont été multipliées par 30 en dix ans", a déclaré le groupe sur Twitter.

Nous lançons "une commission d'enquête sur l’aggravation de ces pénuries et les choix de l’industrie pharmaceutique", a-t-il ajouté, précisant que les travaux de la commission débuteraient en janvier. Le groupe CRCE a précisé à l'AFP qu'il utilisait son "droit de tirage" pour cela.

Deux médicaments, largement utilisés par les Français, concentrent les inquiétudes. D’une part, les versions pédiatriques du paracétamol, molécule soignant les douleurs et la fièvre, plus connue - lorsqu’elle est commercialisée par le laboratoire Sanofi - sous le nom de Doliprane. D’autre part, l’amoxicilline, l’antibiotique le plus prescrit en France, principalement pour traiter les angines et otites infantiles.

Le président Macron avait annoncé un plan de souveraineté sanitaire, comprenant la relocalisation en France du principe actif du paracétamol

Les ruptures d'approvisionnement concernent aussi des insulines, un traitement de tumeurs de la vessie...

Au sein de l’exécutif, l’heure est à la dédramatisation. Invité hier sur France info, le ministre de la Santé, François Braun, a assuré que la pénurie de Doliprane pour les enfants, "essentiellement liée à un mouvement social" chez Sanofi selon lui, "est en train d'être réglée".

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/pour-juguler-la-penurie-de-medicaments-les-hopitaux-pourraient-en-fabriquer-cest-une-des

"On est en train de revenir à un niveau normal", a insisté le ministre, appelant les Français à être "raisonnables" et à ne pas faire de réserves.

En 2021, le président Macron avait annoncé un plan de souveraineté sanitaire, comprenant la relocalisation en France du principe actif du paracétamol. Mais les fabricants de génériques ne sont pas convaincus, estimant que les prix trop bas pour leurs produits ne permettent pas le maintien de l'activité sur le territoire.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers