Les motivations au départ

Pourquoi partir exercer à l'étranger

Les conditions de travail en France, la frustration face aux manques de moyens, une fatigue liée aux problèmes organisationnels, ou le salaire qui ne suit pas, autant de raisons qui décident certains confrères.

Michel, 44 ans, oncologue et expat' au Québec depuis un an et demi, l'affirme : « Les conditions de travail en France sont difficiles et n’ont rien à voir avec les conditions que je connais ici ».

Quant à Jean-Pierre, il quitte Bordeaux et son cabinet en 2004, où, à 45 ans, son exercice le fatigue trop. « Être généraliste demande une disponibilité constante de 8 h à 20 h, 5 jours par semaine minimum – sans compter la gestion administrative – avec seulement 2 à 3 semaines de vacances par an. Au bout de quelques années, je me suis dit que, si je continuais comme ça, j’allais moi-même avoir des problèmes de santé ». Aujourd’hui, il est salarié en Angleterre dans un nouveau cabinet british et travaille à son rythme 40 à 45 h hebdomadaires.

D'autres encore choisissent de partir rejoindre leur conjoint, ou sont même débauchés pardes hôpitaux ou universités étrangers.

Un article à lire dans son intégralité dans le dernier numéro de What's up doc, et en ligne ici.

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les soignants quasi-absents des débats à CHAM 2015
Un doyen dans tous ses états.
La conférence des doyens de santé d'Ile-de-France, mais aussi le syndicat MG France, y vont de leur interprétation de la crise des internes en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.