Les médias classent les hôpitaux. Et si on classait les classements ?

Focus sur « Hospi Diag », l’outil de l’ANAP pour comparer la performance des hôpitaux

C’est bien connu, les magazines adorent les classements. Même « What’s Up Doc » a le sien : sa prochaine mouture est d’ailleurs imminente. Mais en matière de santé, le roi des rois, c’est le classement du « Point » : le mois dernier, sa dernière édition a une nouvelle fois placé les CHU de Lille et de Toulouse au sommet de la hiérarchie hospitalière française.

Cette fièvre des classements appelle une question. La presse est-elle la seule à produire des outils pour comparer les hôpitaux et les cliniques ? Certainement pas. Les pouvoirs publics aussi pratiquent le « benchmarking ». Et leurs données sont à portée de clic : même pas besoin de s’acquitter du prix d’un magazine pour accéder à l’information.

C’est ainsi qu’« Hospi Diag », l’outil développé par l’Agence nationale d’aide à la performance des établissements de santé (ANAP), est accessible à tous. « "Hospi Diag" est un outil d’aide à la décision, qui permet de mesurer la performance d’un établissement en comparaison avec d’autres établissements », explique Paul Tsamo, le responsable de l’ANAP qui a la charge de ce projet.

Hospi Diag : peut mieux faire

Bon, il faut bien le reconnaître, côté design, « Hospi Diag » ne se classe pas parmi les sites internet les plus agréables. Côté contenu non plus : l’utilisateur qui cherche à savoir si les soins sont meilleurs dans tel établissement ou dans tel autre risque de rester sur sa faim. L’outil ne fournit qu’une poignée d’indicateurs de qualité agrégés : « score de conformité du dossier patient », « traçabilité de l’évaluation de la douleur »

« Dans "Hospi Diag", l’indicateur est par établissement et pas par service. », reconnaît Paul Tsamo. « En revanche, si vous croisez des indicateurs, vous pouvez avoir une idée de la performance en matière de chirurgie ambulatoire ou de cancérologie, par exemple, et les comparer aux autres établissements », poursuit-il.

Bientôt un concurrent au « Point » ?

« Hospi Diag » cible principalement un public de décideurs hospitaliers, et non de médecins ou d’usagers du système de santé. Il n’a donc pas vocation à détrôner les hebdos en tête du classement des outils permettant de comparer les hôpitaux. Mais à l’heure de l’open data, cela pourrait changer.

L’ANAP prépare en effet sa « première journée Hospi Diag », qui aura lieu le 8 décembre prochain à Paris, qui sera notamment l’occasion de prendre en compte les retours d’expérience des utilisateurs. « Nous sommes en train de réfléchir sur les évolutions de l’outil », explique Paul Tsamo, « et la journée nationale "Hospi Diag" du 8 décembre 2015 sera une étape importante de cette réflexion. Notre objectif, plus globalement, est d’amplifier l’utilisation d’"Hospi Diag" auprès des professionnels de terrain ».

Les inscriptions pour cette journée ouvriront prochainement. Les médecins qui se sont déjà un jour demandés si l’hôpital vers lequel ils envoient leurs patients est vraiment le meilleur ont peut-être là une occasion de faire entendre leur voix, d’exprimer leurs besoins, et peut-être de faire émerger un concurrent public sérieux aux classements établis par « Le Point »… ou par « What’s Up Doc ».

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Des étudiantes en santé prennent la pause auprès du Pr Perronne.
Défendu par le cabinet d'avocats Di Vizio, un collectif de victimes du Covid19 a déposé une plainte devant la Cour de justice de la République (CJR)...
Un médecin de MSF revient sur l’épidémie d’octobre dernier
carton rouge

Pour le Medef, les médecins devraient être plus contrôlés, pour faire baisser le nombre d'arrêts maladie. La CSMF s'étrangle...  

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.