Les médecins libéraux partent ce matin pour une semaine de grève dans un contexte tendu

Article Article

Les médecins du secteur privé en France sont de nouveau appelés à fermer leurs cabinets à partir de ce matin et pour toute la semaine pour réclamer une hausse du tarif de consultation et une amélioration de leurs conditions d'exercice.

Les médecins libéraux partent ce matin pour une semaine de grève dans un contexte tendu

© IStock

L'appel des autorités à "l'union sacrée" des professionnels de santé, dans l'espoir de "soulager" des hôpitaux débordés par la "triple épidémie" de Covid-19, bronchiolite et grippe, n'a pas enrayé le mouvement.

Une précédente grève les 1er et 2 décembre avait entraîné une baisse d'activité d'environ 30% chez les généralistes, selon les services de santé.

La mobilisation "sera un peu moindre, ne nous voilons pas la face, mais malgré tout conséquente", a prédit la fondatrice du collectif "Médecins pour demain", Christelle Audigier, qui a lancé le mouvement.

La demande, c’est le doublement du tarif de la consultation de base de 25 à 50€

Le collectif, qui se projette déjà vers la manifestation nationale prévue à Paris le 5 janvier, réclame un doublement du tarif de consultation de base (de 25 à 50 euros) pour créer un "choc d'attractivité" vers une médecine de ville en manque criant d'effectifs, écrasée par les tâches administratives et qui n'attire plus les jeunes.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/diaporama/rigolons-avec-le-temps-medical-il-y-de-quoi-faire

L'ensemble des organisations de médecins s'inquiètent pour leur liberté d'installation, remise en question par des propositions de loi sur les déserts médicaux. Ils sont vent debout contre l'éventualité que certaines infirmières puissent être autorisées à prescrire.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers