Les Journées Portes Ouvertes de l’AP-HP divisent les soignants

Entre manif et accueil des visiteurs, leur coeur balance

Vendredi et samedi prochains se tiendront les Journées portes ouvertes de l’AP-HP. Un évènement qui divise les soignants. Pour preuve, le collectif Hôpital Debout organise samedi place de la République à Paris ses propres portes ouvertes.
 

Chacun se prépare de son côté pour un week-end chargé. D’un côté, toute l’AP-HP, sur le pied de guerre, a repensé son organisation de fin de semaine pour l’accueil du public dans le cadre de ses Journées Portes Ouvertes. De l’autre, le collectif Hôpital Debout organise un évènement similaire le samedi, place de la République. 

A la rencontre du patient

Le son de cloche au sein des hôpitaux de Paris est donc mitigé. « Je comprends qu’il y ait des protestations au sein des équipes soignantes », explique le Pr Antoine Tesnière, PU-PH à Cochin et directeur général du centre de simu Ilumens, impliqué dans plusieurs évènements sur ces deux jours. « On peut ne pas être en accord avec l’AP-HP, mais ce serait dommage de ne pas faire de Journées portes ouvertes au prétexte que l’hôpital va mal.», précise-t-il. « Ces journées sont l’occasion de faire de l’information et de la communication. Nous ne pouvons pas faire ça en consult’. »

Pour lui, ces portes ouvertes sont donc l’occasion de voir les patients dans un contexte différent et de les sensibiliser dans une atmosphère plus détendue. « Pendant ces journées, nous ne sommes plus dans une interaction où le patient est là parce qu’il n’a pas le choix. L’état d’esprit est très différent. Il s’agit plus de curiosité », s’enthousiasme le PU-PH. Changer de point de vue et faire découvrir les coulisses d’un hôpital est d'après lui primordial à la fois pour l’image de l’hôpital auprès des particuliers, et pour la relation soignant-soigné. 

Prendre mieux le patient en charge

Mais pour Céline, infirmière et militante du mouvement Hôpital Debout, ces Journées portes ouvertes ressemblent plus à une plaisanterie qu’à un réel moyen d’entrer en contact avec le patient : « les patients s’en foutent des journées porte ouvertes », s’insurge-t-elle. « Ils ne sont pas plus au courant qu’elles existent que les soignants qui les découvrent parfois dans leur établissement quelques jours avant. On veut nous faire croire que l’hôpital va bien, qu’il est moderne, mais c’est faux », ajoute-t-elle avec amertume.

Repenser la prise en charge des patients et en discuter avec eux, c’est ce que les militants d'Hôpital Debout proposent en organisant leur propres portes ouvertes samedi place de la République. 

Source: 

Johana Hallmann

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.