Les futurs professionnels de santé seront formés par des jeux vidéo !

Tous la manette à la main?

Un diagnostic erroné ? Il suffit de rejouer ! 

L'Université Paris-Sud poursuit son engagement dans l'activité de simulation médicale. Mais cette fois, l'université de médecine du Kremlin-Bicêtre se tourne vers le virtuel. Une équipe pédagogique pluridisciplinaire de Paris-Sud composée d'anesthésistes réanimateurs, d’urgentistes, de neurologues et de neurochirurgiens, a mis au point un jeu vidéo pédagogique retranscrivant en pixels des urgences neurologiques. Le but : s'essayer à la simulation d'une opération et voir si l’étudiant a le bon raisonnement médical. 

En partenariat avec le centre hospitalier du Kremlin-Bicêtre et de la société Interaction Healthcare, spécialisée dans ces jeux médicaux sérieux, quatre scénarios de pathologies neurologiques aiguës ont été mis au point. Via son écran, l'étudiant accueille un patient aux urgences. Il peut se déplacer, l'interroger, l'examiner, prescrire des bilans et poser un diagnostic. L'objectif est d'améliorer le raisonnement médical des étudiants en augmentant le réalisme du cas clinique. « Ce système ne se substitue pas au terrain. Cela vient en complément », précise-t-on chez Interaction Healthcare.

"Apprendre par l'erreur"

Paris-Sud a annoncé le lancement de ce jeu vidéo ultra-réaliste, baptisé LabForGames, à la rentrée prochaine. Cet outil pédagogique sera intégré au programme de 4ème année. Certains étudiants pourront accéder au jeu via Internet pendant trois semaines. Les formateurs auront ensuite accès aux différents résultats des joueurs et ainsi voir si l’étudiant a eu le bon raisonnement médical.

Et plus si affinités 

Pour le moment, une cinquantaine d’étudiants en 4ème année de médecine devraient bénéficier de cet enseignement. Si l’expérience est concluante, la formation sera étendue à tous la promo ! Et pourrait même se s'étendre aux autres professions de santé, puisqu’un projet de "Serious Game" est en élaboration pour les étudiants infirmiers de l’Université (voir la vidéo ci-dessous)

Source: 

Chloé Rayneau

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Par temps de Covid-19, la vie des internes n'est pas plus rose que d'habitude et c'est une litote. Une interne nous a fait parvenir cette chronique...
Tout est bon pour s'attirer les grâces des internes.
Depuis 2014, le groupe Ramsay Générale de santé (RGDS) s'est doté d'une direction enseignement et recherche pour accueillir et développer la...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.