Le syndicat des internes poursuit son combat

L'ISNI ne se satisfait pas des déclarations de la ministre de la Santé

Avec un communiqué publié le 18 novembre, lendemain de la mobilisation des internes, l'ISNI, principal syndicat des internes, demande à Marisol Touraine à "être reçu dans les plus brefs délais".

Alors que le ministère a annoncé une participation de 5% des internes à la grève de lundi, on pourrait penser que les internes se sentent peu concernés par les revendications. Mais le nouveau président de l'ISNI élu ces derniers jours, Mickaël Benzaqui, et cité par le Quotidien du Médecin parle "d'un bon premier tour de chauffe".

La mobilisation semble s'être cantonnée à quelques grandes villes, notamment Poitiers, Bordeaux ou encore Reims. Une illustration est donnée en suivant les fils twitter #17NovembreBlanc et #InternesEnGreve. Les grévistes étaient en revanche plus discrets dans la capitale.

Le communiqué diffusé par la ministre de la santé le 14 novembre et assurant "la mise en place d’un dispositif de sanction à l’égard de tout établissement, en cas de non respect du repos de sécurité des internes" n'a en rien rassuré les militants. Ils parlent d' "un comportement intolérable de mépris de Marisol Touraine vis-à-vis des internes".
Le nouveau président du syndicat semble suivre la ligne de son prédécesseur, il affirme sur son compte twitter : Marisol Touraine "n'a décidément rien compris au malaise des internes...."

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le médecin, ce Winston Smith qui s’ignore ?
Le téléphone sonne : la patiente qui me menacait de procès il y a quelques mois est de retour.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.