Le libéral : Liberté, maternité, félicité !

Le libéral n’a pas toujours bonne presse pour les femmes médecins qui souhaitent avoir un enfant. Entre a priori et idées recues, What’s Up Doc pose les vraies questions…

Article proposé avec le soutien de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP)

 

Diane Cunin, 31 ans, chirurgienne viscérale installée depuis peu dans un cabinet de société civile de moyens, exerce aussi à la clinique tout en vivant pleinement son statut de jeune maman. Elle nous répond…

 

WUD Le libéral fait peur aux jeunes médecins et peut-être encore plus aux futures mamans. Franchement, Diane, ont-elles tort ou raison ?

DC Elles ont tort ! Le libéral, c’est idéal ! Le tout c’est d’anticiper. Il est impératif que le contrat, ou le règlement intérieur de la société d’exercice libérale, prévoit les congés mat’, comme pour les arrêts maladie : règlement des charges, possibilités de rempla et/ou relais par ses confrères, organisation de la permanence des soins… Bref, tout doit être détaillé.

Un point important, il faut bien penser à contracter une prévoyance en plus de ses assurances pour assurer le maintien des ressources pendant la grossesse et se protéger des risques d’arrêts prolongés.

Attention, plusieurs devis sont souvent nécessaires avant de choisir, car les contrats sont très hétérogènes. En tout cas, c’est un élément non négligeable qui rassure aussi mes associés car il garantit notre capacité à régler mes charges durant cette période…

 

WUD L’anticipation requise influence-t-elle le choix du moment de la grossesse ?

DC Oui, il peut être évidemment influencé par des facteurs financiers. Le début de l’installation peut être un moment opportun car on a encore peu de charges (notamment pas de règlement d'URSSAF les 2 premières années) et une file active de patients réduite permettant de se garder du temps pour sa grossesse.

 

WUD Mais Diane, d'autres verraient le risque de perdre une patientèle en pleine constitution, non ?

DC Non, clairement, non, je ne crois pas. Les plus compréhensifs, ce sont justement les patients !

Me concernant, ce sont eux qui s'inquiétaient de me voir travailler tard avec mon énorme ventre…

En revanche, ce qui est capital, c’est qu'ils sachent à qui s'adresser en notre absence.

D’où le mot-clé : AN-TI-CI-PER !!

 

WUD Et avec les confrères, les associés… pas trop compliqué ?

DC Tout dépend de son mode d'exercice. Me concernant, comme je suis autonome, sans partage d'honoraires et que je règle mes charges personnellement, je peux prendre un remplaçant sans incommoder les autres. Aucun problème, même !

Le libéral m’a permis d’adapter mes horaires pour trouver la combinaison optimum entre vie de famille et boulot. Souvent, il y a beaucoup d’angoisses non justifiées sur le libéral mais, en prévoyant l’événement, tout peut être adapté et permettre une grossesse apaisée et une maternité épanouie !

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

L'assurance maladie s'inquiéte dans son dernier rapport charges et produits de l'augmentation de la facturation en ophtalmologie et pointe du doigt...
À partir du 25 février, les médecins généralistes pourront vacciner dans leur cabinet. Une (petite) salve de vaccinations qui concernera tout d’abord...
Voici le moment de l’installation en clinique qui arrive… et le palpitant qui s’emballe ! Olivier Peliks, directeur de la clinique Guillaume-de-Varye...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.