Le CNRS rappelle à l’ordre ses scientifiques

Un an et demi après le début de la pandémie, l’organisme de recherche déplore les prises de position de certains scientifiques sur des sujets qui s’éloignent de leur domaine de compétences.

Un chercheur en sociologie qui dénigre la politique vaccinale, et le CNRS sort du bois. Dans un communiqué publié ce 24 août sur son site internet, l’organisme de recherche a déploré « les prises de position publiques de certains scientifiques, souvent plus soucieux d’une éphémère gloire médiatique que de vérité scientifique, sur des sujets éloignés de leurs champs de compétences professionnelles. »

Une référence à peine voilée au cas Laurent Mucchielli. Depuis le début de la pandémie, ce sociologue directeur de recherche au CNRS s’est montré prolifique en matière de commentaire sur la gestion de la crise sanitaire. En tout, ce spécialiste de la délinquance et des politiques de santé y est allé de son analyse à soixante-trois reprises, arguant notamment dans son blog hébergé par Mediapart que la vaccination conduisait à « une mortalité inédite. »

Des prises de parole critiquables - et critiquées -  qui ont poussé le CNRS a faire une mise au point. « Ces communications ne respectent en effet aucune des règles en vigueur dans le cadre de publications scientifiques, notamment le jugement par les pairs, seuls à même de contrôler la rigueur de la démarche », a-t-il affirmé. Et d’ajouter, toujours sans nommer le principal intéressé : « Lorsque qu’un scientifique s’exprime en tant que « citoyen engagé ou militant », il est regrettable qu’il omette de le préciser créant ainsi une confusion auprès du plus grand nombre ».

Pour éviter que les discours de ses chercheurs n’entament plus encore sa réputation, le CNRS a également précisé avoir récemment « approuvé » une recommandation sur les droits et les devoirs des chercheurs médiatisés :

En s’exprimant dans l’espace public, le chercheur engage sa responsabilité de scientifique. S’il fait ou est fait état de sa qualité, le chercheur qui intervient dans l’espace public doit préciser à quel titre il prend la parole : en spécialiste apportant son expertise sur le sujet débattu, en tant que représentant de l’organisme de recherche ou d’une institution, ou à titre de citoyen engagé voire de militant.

Un rappel à l’ordre qui intervient après la publication d’une tribune dans Le Monde de huit sociologues inquiets de ne pas voir le CNRS réagir aux déclarations de leur confrère. « La sociologie ne consiste pas à manipuler des données pour étayer une position idéologique », y écrivaient-ils, appelant le CNRS à « une réaction plus ferme. » « Le CNRS ne s’en serait jamais inquiété s’il n’avait pas été harcelé par mes détracteurs », a, par la suite, commenté Laurent Mucchielli pour Le Monde.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Un médecin du Val-de-Marne soupçonné d'avoir vendu au moins 220 faux pass sanitaires a été mis en examen et placé en détention provisoire jeudi soir...

Le phénomène du « chemsex » associant consommation de drogues et rapports sexuels, se diffuse en France, aggravé par la crise sanitaire, et notamment...

Unanime, le Parlement a définitivement adopté jeudi une proposition de loi consensuelle visant à combattre les discriminations professionnelles...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.