La famille de l’interne découvert mort au CHU de Toulouse : « Mon fils n’était pas un drogué et il ne s’est pas suicidé »

Article Article

Le 7 mai, le CHU de Toulouse annonçait le décès de Jordan, un interne de 26 ans retrouvé mort dans une chambre de garde à l’hôpital Pierre-Paul Riquet. Une onde de choc pour le milieu hospitalier, un tsunami dans la vie de sa famille.

La famille de l’interne découvert mort au CHU de Toulouse : « Mon fils n’était pas un drogué et il ne s’est pas suicidé »

© DR

L’enquête se poursuit sur le décès de Jordan, l’interne de 26 ans en anesthésie-réanimation retrouvé mort au CHU de Toulouse. L’autopsie de vendredi a écarté la thèse criminelle. La famille du défunt exprime sa tristesse, mais aussi sa colère dans La dépêche du Midi. Ils veulent comprendre le drame, réfute fermement un possible suicide et sont choqués que certains aient pu évoquer une possible overdose.

« On a sali la mémoire de mon fils. Mon fils n’était pas un drogué, quand je lis des mots comme overdose, je ne peux pas accepter cela. » déclare Armenio, son père, à la Dépêche du Midi. 

Depuis la famille essaie de trouver des indices sur les derniers jours, les dernières heures du jeune homme. « On essaie de comprendre ce qu’il s’est passé, retracer ses journées. » Le jeune médecin a dîné avec une consoeur avant la tragédie et « elle nous a rapporté qu’il était joyeux, taquin, comme d’habitude ». Dans la nuit « il discutait encore avec ses colocataires et avait l’air heureux », raconte Sandrine, sa mère au quotidien du sud-ouest. Une certitude, pour eux, « Mon fils ne s’est pas suicidé, il aimait trop la vie. »

« Jordan était épuisé, il faisait régulièrement 60 heures en une semaine 

Alors vient la question du surmenage des internes, des plannings impossibles. « C’était un passionné mais Jordan était épuisé, il faisait régulièrement 60 heures en une semaine, j’ai d’ailleurs demandé à avoir accès à son emploi du temps. 

Et le père de famille n’a pas apprécié ses entretiens avec les enquêteurs. « J’ai le sentiment qu’ils font tout pour ne pas faire passer ce drame en accident du travail. »

Pour les avocats de la famille, Mes Emmanuelle Franck et Alexandre Martin, "il est trop tôt pour se prononcer sur quelque responsabilité que ce soit, pour le moment on va les accompagner dans ces démarches extrêmement compliquées."

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/encore-80-des-internes-depassent-le-taux-legal-de-48-h-hebdomadaires-certains-depassent-les

Les obsèques de Jordan sont prévues jeudi après-midi, en l’église de Vaulnaveys-le-Haut près de Grenoble. 

Source:

La dépêche du midi

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers