La BU santé de Saint-Étienne inaugure une salle de sieste

Pour roupiller à satiété

Convaincue du bienfait de la sieste réparatrice, la BU santé de la fac de Saint-Étienne vient d’inaugurer une salle dédiée à la roupille. Son petit nom : les Mille et une nuits.

 

C’est à force de voir les carabins roupiller sur les tables que la BU santé de Saint-Étienne a eu cette riche idée : ouvrir une salle de sieste. Poufs, banquette, tapis de sol et même tipis : tout est prévu pour permettre aux étudiants – six maximum - de piquer un somme entre deux items et une garde au CHU.

 

Viens, on est bien (© Université Jean Monnet)

 

« Les étudiants nous ont dit qu’ils ne voulaient pas de lits : ça aurait fait trop "hôpital"… », explique Anna Matras-Ban, responsable de la BU santé. D’où un aménagement plus chaleureux : peinture bleu pailletée et ambiance orientale... L’espace a d’ailleurs été baptisé « salle des Mille et une nuits ».

« Nous avions présenté plusieurs idées aux étudiants : une imprimante 3D pour l’anatomie, une salle de sport, une permanence psychologique… », explique Anna Martas-Ban. Mais pour les carabins, la priorité des priorités, c’est la sieste.

20 minutes en début d’aprem

Il faut dire que les bienfaits de la « power nap » ne sont plus à démontrer, tant sur l’humeur que sur les capacités cognitives. Et pour info, voici le secret de la sieste parfaite : d’une durée de 20 minutes, entre 14 et 16 heures. Même si la durée de sieste n’est pas limité aux Mille et une nuits, mieux vaut éviter les longues siestes : on en sort déphasé…

Alors heureux, les carabins ? « Elle est géniale, cette salle », se réjouit Idris Amrouche, étudiant en 6e année de médecine à Saint-Étienne et membre du comité de rédaction de What’s up Doc. « Pour le moment ça plaît pas mal et l’espace est super agréable. » Passés les réticences initiales de quelques profs old school, le projet fait l’unanimité. « La déco plaît beaucoup, les retours sont très positifs », confirme Anna Matras-Ban.

Je rêvais d’un autre monde

Il faut dire que la BU santé est innovante : ouverte il y a un an, elle propose aussi un espace détente pour boire et manger, des fauteuils et un espace dédié à l’apprentissage de l’anatomie, avec un squelette et des planches d’anatomie. Futurs médecins, on vous met bien !

Une possibilité de voir les salles de sieste se généraliser dans l’avenir ? « Cela n’a rien de farfelu au regard de notre public », positive Anna Matras-Ban, qui y voit un seul obstacle : le manque de places. Mais les salles de sieste ou les sleeping pods dans les BU sont déjà fréquents outre-Atlantique et outre-Manche. Alors pourquoi pas chez nous ?

Source: 

Yvan Pandelé

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Mannequin de bois écrasé par un homme en costume
À l’occasion de ses vœux à la presse, la fédération des hôpitaux de France (FHF), qui représente les hôpitaux publics, s’est adonnée à une critique...
La chirurgie de la prostate représente 2% des séjours chirurgicaux. 7 séjours hospitaliers de chirurgie urologique sur 10 se font dans le privé. Vrai...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.