Journée santé morte

Rassemblement des syndicats

A l'occasion de la lecture du texte de loi à l'Assemblée Nationale, les syndicats se sont rassemblés ce mercredi pour donner ensemble une conférence de presse : CSMF, SML, FMF, MG France, SNJMG et les internes de l'ISNAR-IMG.

Chaque syndicat a réaffirmé ses préoccupations et ses renvendications. Mais tous ensemble ils ont demandé le retrait du projet de loi.

"Les internes restent mobilisés sur le terrain, déterminés à obtenir le retrait du projet de loi", affirme Trystan Bacon, porte-parole du syndicat des internes de médecine générale, l'ISNAR-IMG.

Jean-Paul Ortiz, président du CSMF, prend ensuite la parole : "c'est un mouvement historique pour les médecins. La loi santé est d'emblée mal née". Il s'insurge sur "l'état de la concertation". S'il concède que des éléments ont été modifiés, comme la supression du projet de vaccination dans les pharmacies, il considère que "le compte n'y est pas", notamment à propos du tiers payant généralisé.

Claude Leicher reprend le sujet, pour MG France : "nous ne pouvons pas appliquer le tiers payant généralisé. Nous ne voulons pas augmenter le temps accordé aux tâches administratives, nous voulons même que les pouvoirs publics le diminuent. Nous voulons 100% de notre temps pour soigner." Et il insiste : "nous demandons des modifications. Nous sommes des syndicats réformistes, nous voulons participer à une réforme intelligente".

"Marisol Touraine a réussi un exploit", s'exclame ensuite Jean-Paul Hamon, pour la FMF, "elle a réussi à réunir tous les médecins. Mais c'est bien le seul", précise-t-il immédiatement. "On est tous d'accord pour un tiers payant social, mais qu'on arrête de nous noyer sous la paperasse." Il continue : "Il y a une solution : retirer l'examen du projet de loi. La conférence de santé, on exige de la faire maintenant. Mais arrêter de nous balader pendant des mois avec des choses qui ne sont pas applicables."

"La conférence de santé après la loi, c'est surréaliste", renchérit Philippe Cuq, pour Le Bloc. "Attendez-vous à des blocages sanitaires car nous ne pouvons pas accepter ce texte de loi".

Aujourd'hui, c'était la journée de la santé morte, et Jean-Paul Hamon l'affirme : "les médecins sont unis et ça ne va pas s'arrêter". "Aujourd'hui, il y a une mobilisation des médecins pour que les députés soient mis devant leurs responsabilités, devant la colère des médecins et qu'ils modifient en profondeur la loi de santé", ajoute Jean-Paul Ortiz.

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Laxisme sur les abus sexuels de médecins, absence de poursuite dans le cas de conflits d'intérêts impliquant des médecins, frais en hausse... Un...
La ministre de la santé l’a promis : le tiers payant sera généralisé d’ici À 2017

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.