Installation en libéral : les questions que se posent les jeunes

Connais-toi toi-même

Si vous êtes un débrouillard qui a fait son étude de marché et trouvé ses associés et investi en 2 mois, cet article n’est pas pour vous. Mais si vous êtes un stressé qui ne sait pas par où commencer, un phobique administratif ou à l’inverse un assoiffé de maîtrise avant d’avoir reçu votre premier patient : stop ! Lisez les questions fréquemment posées à la permanence locale de l’aide à l’installation de l’URPS médecins (libéraux) IDF.   

Est-ce que je peux m’installer où je veux ? Les mesures instaurées par les pouvoirs publics sont à ce jour uniquement incitatives pour favoriser l'installation dans les zones classées déficitaires. Il existe cependant une clause de non concurrence, ou de non réinstallation (1), négociée contractuellement entre un médecin et un établissement, ou entre un médecin et son cabinet de groupe ou tout simplement entre un médecin et son remplaçant (2). Limitée dans le temps, elle a pour objet d’éviter qu’un remplaçant ou un praticien cédant son cabinet ou encore un ancien associé puisse être tenté de continuer à voir sa clientèle en s’installant ou en se réinstallant à proximité.

Est-ce que le secteur 2 existe encore ? Oui, uniquement pour les médecins ayant fait un clinicat ou un assistanat et les anciens praticiens hospitaliers (détails des diplômes ici). Attention ! Le choix du secteur conventionnel à la primo-installation est irréversible si vous optez pour le secteur 1 !

Il va falloir que je fasse moi-même la compta' ? (demande fréquente des ex-hospitaliers). Un choix est à faire : soit vous déléguez, soit vous vous lancez. Et alors, pas de panique : il existe des modules comptables dans les logiciels métiers. La gestion de la trésorerie est à faire quoi qu’il arrive (encaissement des chèques, des CB).

Je vais travailler en groupe ? Prenez garde, l'exercice en groupe est séduisant mais il doit être bordé contractuellement. Très peu de médecins savent qu’ils peuvent envoyer leur contrat de bail professionnel qui lie le médecin locataire au propriétaire au Conseil de l’Ordre départemental avant signature pour avis et vérification des clauses.

Je suis généraliste, est-ce que je peux faire une consultation diététique et à quel tarif ? Une question courante puisqu’en MG, beaucoup de médecins ont passé un D.U mais ne savent pas comment coter des consultations qui ne sont pas dans la nomenclature. Méconnu aussi, le service médical de l’Assurance Maladie : des médecins conseils, via une plate-forme téléphonique, sont à votre disposition pour répondre aux questions (exemple pour Paris ici). L’occasion de faire le point avec l’Assurance Maladie sur la façon d’être rémunéré.

Quelle(s) obligation(s) d’accessibilité aux Personne à Mobilité Réduite (PMR) ? Une question très fréquente et complexe. Toute création d’un nouveau cabinet doit respecter les normes comme tous les ERP 5 (établissement recevant du public de type 5) : il existe un correspondant accessibilité par préfecture qui conseille. Un guide réalisé par le ministère est également consultable ici.

Quel logiciel je choisis ? C’est vrai que l’offre est pléthorique ! Un seul site actuellement trie l’offre, celui de Buzz médecin avec des fiches par logiciel médical. Je peux également demander à des confrères de la même spécialité déjà installés. 

Est-ce que je prends une vraie secrétaire, un télésecrétariat décentralisé à l’étranger ou un service de prise de rendez-vous en ligne ? Une vraie question dont la réponse structure le cabinet. Il y a des différences de coût et de besoin, à évaluer selon les passages. De plus en plus de cabinets mixtent plusieurs solutions. Une étude comparative s’impose.

Et aussi : Combien de minutes par consultation ? Quel matériel de base pour répondre à une urgence ? Où est-ce que j’achète mon matériel médical ? Et si je suis le plus jeune médecin du cabinet, quels risques ? Quelle protection sociale ? Et mes vacances ?     

Rédigé avec l’aide de l’URPS médecins Ile-de-France.

Pour vous inscrire à la permanence d’aide à l’installation en libéral, chaque mois dans les 8 départements d’Ile-de-France, c’est ici.

Contact : Alexis Vervialle, Chef de projet installation URPS médecins libéraux IDF ; 01.40.64.56.90 ; alexis.vervialle@urps-med-idf.org

(1) Toutes les infos ici par un juriste MACSF  :  https://www.macsf-exerciceprofessionnel.fr/Exercice-liberal/Exercer-au-quotidien/non-respect-obligation-de-nonconcurrence-medecin 

(2) Détails spécifiques sur la situation du remplaçant , par le CNOM : https://www.conseil-national.medecin.fr/article/article-86-installation-apres-remplacement-310 
Source: 

Isabelle Guardiola

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

C'est l'ennemi numéro 1
« On n’est pas lÀ pour être ici ! » : pensée inéluctable du jeune médecin impatient de s’installer mais (heureusement) incité À prendre d’abord un...
À Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), un med gé un peu tatillon a été sanctionné par une interdiction d’exercer de deux semaines, après avoir piqué...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.