Grève des internes de MG d’Ile-de-France : les dernières propals de l’ARS

L'ARS Ile-de-France, par le biais d'une missive adressée au SRP-IMG, a formulé ces dernières propositions en espérant que le blocus sera levé ce 29 octobre. Les internes grévistes doivent voter ce matin la poursuite ou non du mouvement social. 

Alors que la journée de blocage, hier 28 octobre, de l’ARS Ile-de-France a été un succès pour les internes grévistes, puisque l’ARS Ile-de-France a dû annuler la procédure de choix, le DG de l’ARS Aurélien Rousseau a fait parvenir à Hélène Souchu, présidente du syndicat représentatif parisien des internes de médecine générale à (SRP-IMG), un courrier, que WUD s’est procuré. 
Il y exprime ses ultimes propositions, en espérant que les étudiants ne bloquent pas une fois de plus, ce 29 octobre, la procédure de choix. Le ton est solennel : « Nous sommes désormais à moins d’une semaine de la prise de poste pour le semestre d’hiver des internes de médecine générale. » Puis déroule ses propositions. Outre la prime mensuelle de 400 euros bruts pour tout interne qui serait amené à changer de lieu de stage, Aurélien Rousseau, s’est engagé à ce que les internes qui auraient des difficultés pour valider leur maquette du fait de « l’impossibilité d’accéder à un stage en santé de la femme » pourraient se voir attribuer une affectation « en santé de la femme parmi les 26 postes ouverts au choix et non pourvus lors de la première procédure de choix qui a été annulée le 23 octobre 2019 ». Dernière avancée : deux terrains de stage dans deux services de pédiatrie de la région parisienne seront fermées, et les postes seront basculées « dans d’autres services de la région ». Ces mesures, espère Aurélien Rousseau, « doivent nous permettre de tenir la procédure de choix dès le 29 octobre ». 

 

Vote à 8 heures

Selon le compte-rendu du SNJMG de la journée d’hier, les deux terrains de stage fermés concernent 13 internes. La redistribution de ces postes se feraient : « St Denis Delafontaine (+1), Louis Mourier (+1), Pontoise (+1), CHSF Corbeil-Essonnes (+1), Montfermeil (+1), Argenteuil (+1), Mantes-la-Jolie (+2), Meaux (+1), Villeneuve St-George (+1), Gonesse (+1). » 

Pour le SNJMG, « ce résultat constitue une indéniable avancée mais nous sommes loin des objectifs initiaux de la mobilisation (rappel : avant l’annulation des choix, l’ARS promettait aux internes volontaires jusqu’à 500 euros supplémentaires par mois et un doublement de la rémunération des gardes) ». Par ailleurs, « l’ARS n’a pas discuté du contrôle de l’accueil des internes dans les services, ni de l’amélioration de la séniorisation des services délaissés, ni des nouvelles procédures à mettre en place pour les choix de stages suivants ». Aussi bien le SNJMG que le SRP-MG vont soumettre de nouveau le résultat de cette négociation aux internes grévistes pour savoir si, oui ou non, le blocus est levé. La réponse dans quelques instants. 

 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Quand l'erreur médicale tient à un chiffre
Pierre-Henri Bréchat, spécialiste en santé pub' et en médecine sociale, EHESP – USPC

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.