Grève des internes

25, 26 et 27 mars

Il y a une semaine, à Lyon, "les internes ont voté une grève de trois jours", explique Agathe Pesci, présidente du syndicat à Lyon. "Le soir même, Grenoble nous suivait, puis d'autres ont suivi très rapidement." Trystan Bacon, porte-parole du syndicat confirme : "Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, Toulouse, Nantes, Angers, Amiens, Lille, et Limoge et Poitiers depuis ce matin." Poitiers, avec une particularité : "tous les internes sont mobilisés : médecine générale mais aussi les autres spécialités, ainsi que les externes", précise-t-il.

La participation s'annonce comme exceptionnelle. "L'assemblée générale de mardi a rassemblé 200 internes de médecine générale à Lyon, c'est rare, et 170 d'entre eux ont voté pour le mouvement de grève. Il commencera demain à 8h30 pour finir samedi à la même heure", explique la présidente lyonnaise. Trystan Bacon nous donne l'exemple d'Angers : "on annonce une forte mobilisation. Des hôpitaux prévoient entre 80 et 100% de grévistes dans certains services. On s'attend à un ralentissement des activités. Une telle ampleur du mouvement, c'est rare dans notre profession."

Les revendications principales de l'ISNAR-IMG sont toujours les mêmes : "report de l'examen du projet de loi au Parlement pour réécriture, et le retrait de l'article sur le tiers payant généralisé", rappelle Agathe Pesci, alors que le porte-parole insiste : "nous souhaitons que la ministre nous entende".

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

 

Vous aimerez aussi

Défendre les PH, plutôt que les exilés fiscaux
Grand débat sur la politique vaccinale
Les médecins en première ligne du combat

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.