Défiscalisation des heures sup', une fausse bonne idée pour les médecins ?

APH et Jeunes médecins dénoncent la désocialisation et la défiscalisaiton des heures supplémentaires, qui risquent de porter un coup aux retraites des PH. Explications. 

Comme pour calmer la colère des Gilets jaunes, notre président Emmanuel Macron a sorti la martingale. Outre une augmentation de 100 euros du SMIG, le président marcheur a sorti sa carte maitresse : la défiscalisation et la désocialisation des heures supplémentaire. Entendez par là des heures supplémentaires non imposables (défiscalisation), et non soumises aux cotisations sociales (désocialisation). Il donne du grain à moudre à ceux parmi les gilets jaunes qui réclamaient plus d’argent à la fin du mois, entre autres via des allègements fiscaux, comme nous l’avait affirmé Katia, une infirmière gilet jaune qui avait témoigné auprès de WUD. 
 

Fausse bonne idée
Mais voilà, pour les syndicats Action praticien hôpital et Jeunes médecins, c’est une fausse bonne idée. Dans un communiqué commun, ils rappellent dans un premier temps que, au sujet de la défiscalisation, ils s’étaient déjà faits berner il y a quelques années lors de l’adoption de la loi TEPA : les PH avaient été exclus de ces allègements de charge. Mais le Conseil d’État, sollicité en dernière instance, leur avait donné raison en février 2015 : les praticiens hospitaliers en tant qu’agents publics devaient profiter du dispositif de défiscalisation. Premier point. 

Moins d'argent pour l'assurance maladie
Deuxième point : la désocialisation. Sur ce point, les deux syndicats sont catégoriques : « nous considérons qu’il s’agit là d’une très mauvaise mesure. » Pourquoi ? APH et Jeunes médecins expliquent que les cotidations sociales, ce ne sont pas des charges, mais du salaire différé, destiné à abonder les caisses de protection sociale. « Désocialiser le paiement des heures supplémentaires est une augmentation en trompe l’œil du pouvoir d’achat […] Les supprimer, c’est affaiblir les caisses de protection sociale, assurance maladie et retraite, et amputer d’autant les montants des retraites ».
Les syndicalistes rappellent par ailleurs que la retraite des praticiens hospitaliers a été régulièrement attaquée et dévalorisée. «Toutes les périodes n’ont pas été soumises à cotisation ou seulement partiellement». Résultat : actuellement, certains PH partent à la retraite avec un rabais de 30%. Si APH et Jeunes médecins ne sont pas chauds pour une désocialisation des heures sup’, ils plaident plutôt pour une refonte totale de la grille salariale : suppression des premiers échelons, création de deux échelons supplémentaires,, et ascension de l’ensemble de la grille. Qui dit mieux ? 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Selon les données du centre national de gestion, la Martinique est la plus dotée en praticiens hospitaliers en France en 2018. Mais il en va tout...
Une formation diplômante est désormais obligatoire pour exercer la profession d’assistant de régulation médicale (ARM), afin de renforcer la qualité...
guerre war médecins remplaçants intérimaires Agnès Buzyn

Le Dr Lynda Darrasse, présidente du Syndicat national des médecins remplaçants des hôpitaux (SNMRH), a indiqué au « Quotidien du...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.