Classement des CHU : podium pour Montpellier et Nîmes

Les jeunes médecins votent « sea & sun »

Après Nantes et Lyon, en 2015, le CHU le mieux choisi par les candidats aux ECN était celui de Montpellier, couplé à celui de Nîmes. Un bon résultat que les locaux attribuent à la qualité de la formation dispensée… mais pas uniquement.

 

Rabelaisiens, les jeunes médecins ? Le dernier classement de What’s Up Doc montre en tout cas que la ville où enseigna le grand médecin-écrivain de la Renaissance a les faveurs des meilleurs étudiants. A la rentrée 2015, le classement moyen aux ECN des nouveaux internes montpelliérains et nîmois était de 3 441, ce qui positionne ce CHU au 3erang sur le plan national.

Du côté de la direction, on se félicite de ce résultat. « Les gens sont très satisfaits, nous sommes attentifs à ce que pensent les étudiants », déclare Thomas Le Ludec, nouveau Directeur Général du CHU. Et ce dernier de vanter « la philosophie générale dans ce CHU, pour lequel la notion de transmission aux plus jeunes est une valeur forte ».

Bien sûr, Montpellier et Nîmes ont des atouts un peu plus concrets à faire valoir. Thomas Le Ludec cite notamment un tutorat « jugé comme une belle réussite », une préparation aux ECN « très active », la participation de patients aux enseignements « dès la deuxième année », une attention particulière portée au « bien-être des médecins au travail »

« C’est plutôt agréable d’y travailler »

Et qu’en pense-t-on du côté des internes ? Jean-Eudes, en médecine générale à Nîmes, s’y trouve bien.  « Les internes sont bien considérés, c’est plutôt agréable d’y travailler », confie-t-il. Pour ce Normand qui a fait son externat à Paris, Montpellier présentait deux attraits principaux quand il a fait son choix : une formation de médecine générale réputée… et puis une qualité de vie sans pareille.

« C’est le sud de la France sans que ce soit la Côte d’Azur », résume Jean-Eudes : « on a la Méditerranée, la plage, le beau temps, des paysages magnifiques… mais pas tous les touristes ». Le DG du CHU ne dit pas autre chose. « La ville est agréable, c’est évident, et c’est un plus considérable », reconnaît-il.

Et pourtant, pas question pour les Montepellierains de se reposer sur leurs lauriers. « L’année prochaine, j’espère que nous allons améliorer notre score », déclare Thomas Le Ludec. « Nous allons avoir une nouvelle faculté, plus proche de l’hôpital : depuis mon bureau je peux voir les grues qui sont en train de travailler. On pourra passer de l’hôpital à la fac plus naturellement ». Le DG compte aussi sur l’ouverture d’une nouvelle plateforme de simulation pour attirer les jeunes.

La concurrence n’a qu’à bien se tenir.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

C'EST UNE SPE CHOISIE TOUJOURS DANS LES DERNIERES... ET POURTANT MISE EN AVANT DEPUIS UN AN AVEC LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE DE LA COVID-19. LES...

Entre septembre et décembre 2020 tout particulièrement, le CHU de Lyon a été très affecté par la crise de la Covid-19. Cette situation exceptionnelle...

L’ANEMF dresse un constat accablant. Les violences sexistes et sexuelles sont partie prenante des études en santé. En tout, un tiers des étudiants en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.