Cas en hausse : Un léger ralentissement observé

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. Si l’épidémie continue de progresser à un rythme effréné, le nombre de nouvelles infections croît de manière moins rapide.

La propagation de l’épidémie marque le pas. C’est l’un des constats qui ressort des dernières données épidémiologiques partagées par Santé Publique France, ce jeudi 8 avril. « En semaine 13, les indicateurs épidémiologiques se maintenaient à un niveau très élevé. Le nombre de nouvelles infections progresse de manière moindre », indique Santé Publique France dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire.

En tout, 271 182 nouveaux cas ont été confirmés la semaine dernière soit 4 % de plus que la semaine précédente. Une augmentation, certes, mais qui subît un ralentissement puisque en semaine 12 ce taux avait crû de 22 %. « Les taux d’incidence (404/100 000 habitants) et de dépistage (5 373/100 000 habitants) étaient en augmentation par rapport à ceux de la semaine précédente, mais le taux de positivité diminuait (7,5% vs 8,2% en S12) », poursuit Santé Publique France.

Pour l’heure pour autant, la circulation du variant anglais sur le territoire national demeure très importante puisqu’il représente 81,9 % des cas de contaminations. La propagation des variants brésilien et sud africain, quant à elle, culmine actuellement à 4,2 %.

Une tendance au ralentissement qui ne trouve pour autant aucun écho entre les quatre murs des hôpitaux. « Le taux hebdomadaire d’hospitalisation continuait d’augmenter en S13 (+9% par rapport à S12) et le nombre de patients COVID-19 hospitalisés restait très élevé, avec plus de 30 000 personnes hospitalisées au 06 avril », indique Santé Publique France. Même topo du côté des services de soins critiques où le taux d’admission était également en hausse. « +14 % par rapport à S12 » , indique l’Institution.

Cette activité intense se ressent également dans les chiffres de la mortalité. La semaine dernière, le nombre de décès liés à la Covid-19 survenus à l’hôpital et dans les ESMS a augmenté de 10 %. « Les taux de décès pour 100 000 habitants en milieu hospitalier étaient les plus élevés en Hauts-de-France (4,5), Île-de-France (4,4) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (4,1) », précise Santé Publique France.

Une seule solution, donc : la vaccination. Au 6 avril, 9 561 733 personnes étaient au moins partiellement vaccinées en France - soit 14 % de la population. « La limitation des contacts, notamment lors des regroupements familiaux, et l’adoption systématique des gestes barrières est indispensable pour tous, y compris les personnes vaccinées, de même que le respect des mesures collectives prises récemment. », rappelle Santé Publique France.

Source: 
Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

À la fin de l’année dernière, trois variants du coronavirus SARS-CoV-2 (le virus à l’origine de l’épidémie de Covid-19) se propageant rapidement ont...

Après vite ma dose, (é)vite l’arnaque. Deux jours après l’annonce de création du service de Guillaume Rozier, des usurpateurs ont racheté un nom de...

Rennes, Strasbourg, Montpellier, Rouen, Angers… Dans les villes françaises ce 11 mai, les personnels, éprouvés par la crise sanitaire, des services...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.