Cas de contamination en hausse : nouveau coup d’accélérateur

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. Et on ne finira pas l’année sur une note positive.

Les bonnes nouvelles sont reportées à 2022 (on l’espère en tous cas). En semaine 51, la circulation du SARS-CoV-2 a fait une fulgurante ascension avec +50% au compteur selon le traditionnel (ou plutôt sempiternel) bilan épidémiologique de Santé publique France. Le taux d’incidence atteignait 833 cas pour 100 000 habitants (vs 554 en S50).

« Après une semaine de stabilisation, les recours aux soins pour suspicion de COVID-19 sont repartis à la hausse en S51 dans les associations SOS-Médecins (4 036 actes, +11%) et aux urgences (9 686 passages, +23%) », détaille l’insitution.

Au 28 décembre, 17 471 patients COVID-19 étaient hospitalisés, dont 3 429 en soins critiques.

En France métropolitaine, le taux d’incidence corrigé était en hausse dans toutes les régions avec une augmentation de 108% en Île-de-France, 20% en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 60% en Corse et 36% en Auvergne Rhône-Alpes.

« En Outre-mer, le taux d’incidence restait élevé à La Réunion (669, +15%) et était en forte augmentation en Guadeloupe (206, +220%) et à Mayotte (113, +194%). Il s’élevait à 258 (+38%) en Martinique. Les taux de nouvelles hospitalisations étaient en hausse à La Réunion et en Guyane. »

Retournement de situation du côté des variants. Après le règne Delta, c’est désormais Omicron qui est majoritaire « avec 62,4% des tests de criblage rapportant des profils de mutation compatibles avec un variant Omicron au début de la semaine 52 (vs 39,4% en S51) ».

Sur le front de la vaccination, au 28 décembre, « 78,7% de la population totale avait reçu une primo-vaccination complète. Chez les 18 ans et plus, 43,7% avait reçu une dose de rappel (80,7% parmi les éligibles à cette date), et cette proportion atteignait 70,6% chez les 65 ans et plus (87,9% parmi les éligibles à cette date) ».

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Le gaz hilarant fait des ravages

On le trouvait dans les siphons pour la cuisine, ou comme analgésique en anesth, il est désormais en bonbonne dans les fêtes avec des conséquences...

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. La situation s’améliore quant à la...

Non aux gardes obligatoires

"Mépris", "mensonges" et "dérapages": les syndicats de médecins libéraux ont vivement rejeté la proposition de la Fédération hospitalière de France...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.