Cas de contamination en baisse : une amélioration qui ralentit

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. Si l’éclaircie continue, elle accuse cependant un ralentissement.

Semaine 40, le traditionnel bilan épidémiologique de Santé publique France rappelle que « l’amélioration de la situation s’est poursuivie, avec cependant une baisse moins marquée des indicateurs épidémiologiques et une tendance à leur stabilisation dans certains territoires ».

Le taux d’incidence était donc toujours en baisse « avec 44 nouveaux cas pour 100 000 habitants (-10%), soit 4 172 cas diagnostiqués par jour en moyenne. »

Le recours aux soins pour suspicion de COVID-19 était en baisse aux urgences de 15% et dans les associations SOS Médecins de 2%. « Au niveau hospitalier, la baisse des indicateurs s’est poursuivie, avec 1 083 nouvelles hospitalisations (-17%) et 276 nouvelles admissions en soins critiques (-16%) », poursuit l’institution. Des taux en diminution ou stables dans toutes les régions, « excepté une légère augmentation des hospitalisations en Bretagne et en Pays de la Loire, et des admissions en soins critiques en Grand Est. »

En Guyane, le taux d’incidence a diminué, « passant de 495/100 000 habitants à 369, soit -25%. La pression hospitalière restait forte avec des taux d’hospitalisation et d’admission en soins critiques élevés et stables. »

Du côté des variants, Delta poursuit son monopole avec « plus de 99% des virus séquencés sur les prélèvements interprétables des enquêtes Flash #24 et #25 des 14 et 21 septembre ».

Sur le front de la vaccination, au 12 octobre :

  • 75,6% de la population avait reçu au moins une dose de vaccin ;
  •  73,5% était complètement vaccinée.

Bonne nouvelle pour les gestes barrières qui se stabilisent depuis la vague précédente après une crainte de relâchement. 

Fin de l’état d’urgence sanitaire à la Réunion

Il était en place depuis le 13 juillet. Après 9 semaines d’amélioration dans le paysage épidémique réunionnais, le porte-parole du Gouvernement, Gabriel Attal a annoncé le fin de l’état d’urgence dès ce vendredi 15 octobre. « A La Réunion, nous avons mis fin ce matin en conseil des ministres (...) à l'état d'urgence sanitaire dès ce vendredi, par un décret qui a été adopté. Cette décision acte l'amélioration nette et durable de la situation sanitaire de l'île », a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil des ministres le 13 octobre.

Cela sonne donc la fin de l’éventualité d’un nouveau confinement ou couvre-feu mais également du port du masque sur la voie publique ou encore de mise en place de jauges dans les discothèques. 

 

 

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. En semaine 47, la progression de l’...

Quarante ans après les premiers cas de sida, les personnes vivant avec le VIH peuvent, grâce à un accès durable à un traitement antirétroviral,...

En 2020, le nombre de découvertes de séropositivité du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes a été en forte baisse en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.