Avoir des horaires adaptés à vos envies, c’est possible !

Les médecins généralistes et les urgentistes du groupe Elsan peuvent travailler dans de nombreux types de structures, selon des modes d’exercice variés. Avec un avantage à la clé : des horaires de travail souples !

En tant que médecin généraliste, vous pouvez pratiquer dans un cabinet, seul ou en association. Mais ce n’est pas la seule manière d’exercer votre activité, loin s’en faut ! Au sein du groupe de cliniques Elsan, les médecins généralistes, mais aussi les urgentistes, peuvent travailler en centre de soins non programmés, en HAD, aux urgences, dans un service de médecine polyvalente, en SSR, en centre de chimiothérapie… Et les avantages de ces pratiques atypiques sont nombreux.
 
A commencer par les horaires de travail, comme le raconte le Dr Myriam Aaziz. Après trois ans de médecine générale en cabinet, le Dr Aaziz a choisi d’exercer aux urgences à la suite d’un déménagement. Elle travaille à mi-temps aux urgences de la clinique d’Occitanie (Muret) depuis un an… et n’envisage plus de revenir à sa précédente activité.

Horaires fixes et visibilité 

Elle évoque le confort lié à ses horaires de travail. « Les horaires sont plus denses, avec des gardes de 24 heures, mais j’ai aussi beaucoup plus de temps libre, car quand on ne travaille pas, on ne travaille vraiment pas. Quand j’étais généraliste en cabinet, mon dimanche était consacré à la paperasse et, finalement, je travaillais un peu tout le temps. Par ailleurs, j’ai des horaires fixes, avec une vraie visibilité : le planning est arrêté jusqu’à la fin de l’année. On peut organiser sa vie, ses vacances… »

Financièrement, le passage au mi-temps n’a pas eu d’impact négatif, explique-t-elle encore. « Aux urgences, on travaille beaucoup, donc on s’y retrouve financièrement. Clairement, je ne pourrais plus bosser tous les matins de chaque semaine ; c’est en fait beaucoup plus fatiguant que de faire une grosse garde de temps en temps ! Et grâce au temps libéré, je peux avoir d’autres projets. Je pense exercer dans un centre de médecines alternatives, ou en médecine humanitaire. »

Des horaires « adaptés à la vie de famille »

Aménager ses horaires de travail, c’est aussi possible dans les services de médecine polyvalente, où exerce le Dr Yann Rouaud. Cet urgentiste de formation au parcours atypique travaille à la polyclinique Inkermann (Niort) « Nos activités sont programmées, ce qui nous permet d’avoir une grande visibilité et de s’organiser. En exerçant à mi-temps, j’ai pu garder un pied dans l’assistance médicale, ma pratique d’origine ! »
 
Après avoir travaillé dix ans dans un cabinet de médecine générale, le Dr Jacques Manya a lui opté pour l'HAD à la clinique Médipole Saint Roch (Perpignan). « J’y ai trouvé, au-delà de la pratique, des horaires fixes, des horaires de bureau ». Idem pour le Dr Adrien Cotta, médecin généraliste de formation, qui a travaillé trois ans et demi aux urgences avant de pratiquer à l'HAD Saint Antoine à Fréjus. « Je ne voulais pas monter mon cabinet tout de suite, et je souhaitais aussi avoir des horaires adaptés à une vie de famille, ce que me permet la HAD. Fini le travail de nuit ! Par ailleurs, je peux aussi travailler depuis mon domicile, ce qui était impensable, avant. Certes, mon salaire est moins élevé qu’aux urgences, mais j’ai largement gagné en qualité de vie. »

Portrait de WUD
Par WUD

Vous aimerez aussi

NEJM case report poumon
Lors d’une quinte de toux, un homme américain de 36 ans s’est un peu trop lâché, jusqu’à expectoration d’un moulage intact d’une bonne partie de son...
Par WUD
En exerçant au sein de structures variées - HAD, médecine polyvalente… - les médecins généralistes et urgentistes bénéficient d’un avantage de taille...
Patients mentent consultation
Une étude américaine est inquiétante quant à la propension des patients à raconter n’importe quoi. Les femmes jeunes à la santé fragiles sont les...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.